Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 (tessena) all i want is to forget

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂
avatar


préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 321 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: (tessena) all i want is to forget   Lun 22 Juin - 12:01

Comment en étais-je arrivée là ? Tout était flou. Je n’arrivais plus à penser correctement. Tout s’était passé très vite, comme dans un mauvais cauchemar. Et sans que je puisse faire quoi que ce soit, mes lèvres s’étaient retrouvées collées aux siennes. Oublier n’était pas aussi simple. Je ne comprenais pas ce qu’il s’était passé cette nuit-là dans la forêt interdite. Et j’avais beau retourner le problème, je ne trouvais pas la solution. La seule chose que je pouvais et que je voulais faire était d’oublier. D’oublier totalement ce qu’il s’était passé quelques jours auparavant. Croiser la Poufsouffle était devenu un véritable supplice. J’osais à peine la regarder dans les yeux, par peur d’y croiser des reproches lourds de sens. Je devais me réveiller et me sortir de cette situation avant qu’il ne soit trop tard. Mais peut-être était-ce déjà le cas ? Ma vie était devenue un véritable enfer depuis cette nuit-là. Harper voulait des explications et j’essayais désespérément de l’ignorer du mieux que je le pouvais. Pouvais-je vraiment l’en blâmer ? Elle ne semblait attendre aucune excuse de ma part, simplement des explications. Mais je n’avais rien à lui fournir car j’étais incapable de comprendre ce qu’il s’était passé dans ma tête à cet instant.
Mes pensées se bousculaient. Qui était réellement Tess Harper ? A mes yeux, elle n’avait toujours été qu’une stupide sang-de-bourbe à peine capable de lancer un sort correctement. Et si mon cerveau pouvait confirmer mes dires, mon cœur battait à un rythme que je lui avais toujours ignoré. C’était une chose compliquée que je ne pouvais expliquer par les mots. A vrai dire, je n’étais pas certaine de pouvoir réellement l’expliquer. Auparavant, penser à elle ne m’avait toujours inspiré que le dégoût. Mais depuis quelques temps, tout était différent. Lorsque la jeune femme frôlait mes pensées, mon cœur battait un peu plus vite et le malaise s’installait presque aussitôt. Sans être là, elle me rendait la vie impossible. Peut-être m’avait-elle jetée un sort ? Même si j’aimais me rassurer avec cette idée, elle n’était malheureusement pas assez intelligente pour faire une pareille chose. Et quel en aurait été l’intérêt ? Peut-être avait-elle répondu au baiser par surprise. Le dégoût s’était probablement installé par la suite, comme pour moi. Mais ce dégoût-là avait une forme que je ne lui connaissais pas. C’était un mélange de gêne et de déception. Comme si j’aurais voulu que ce baiser ne se termine jamais.
Elle me rendait folle et j’avais beau tout faire pour chasser son visage de mon esprit, elle revenait sans cesse. J’ignorais ses hiboux, ne prenant même plus la peine d’y répondre. Lorsque je la voyais au loin dans un couloir, je ne pouvais m’empêcher de rebrousser chemin, simplement pour ne pas avoir à croiser son regard lourd de sens. Je voulais l’ignorer. Je voulais ne plus jamais avoir à la croiser. Et par-dessus tout, je voulais oublier. Je voulais oublier ce qu’il s’était passé, durant un bref instant. Je ne voulais plus jamais avoir à penser à elle si ce n’était pas en mal. Je voulais qu’elle me dégoûte à nouveau. Mais les choses ne semblaient pas aussi simples. Et au fil des jours, je me rendais compte que je ne pouvais oublier du jour au lendemain et que malgré tout, ma conscience me criait de m’expliquer. Jamais auparavant je n’avais regretté quoi que ce soit. C’était bien la première fois. Un sentiment nouveau m’envahissait et je haïssais cette idée. Je m’étais habituée à ce quotidien sans surprises, à cette vie propre et bien rangée que l’on m’avait imposé. Et l’on venait de tout me retirer, simplement par égoïsme. Par jalousie. Ou par stupidité.
Mes pas résonnaient dans le long couloir menant jusqu’à la salle de bain des préfets. L’idée de me plonger dans une eau brûlante et savonnée rendait ma journée meilleure. Je souhaitais simplement oublier les jours précédents et me concentrer sur ceux à venir. La fin des examens approchait, même si je n’étais pas dans une année critique. Ils restaient importants. Je voulais réussir. Je voulais avoir un brillant avenir, comme père ou mère. Je voulais pouvoir me regarder dans le miroir sans être déçue un seul instant de mon reflet. Me retrouvant face au tableau gardant l’entrée de la salle de bain, j’en murmurais le mot de passe. Je pénétrais dans la salle, soupirant doucement, sans prêter attention à l’odeur de muguet qui avait envahi cette dernière. Je déboutonnais ma chemise, la faisant glisser de mes épaules. Bientôt nue, je glissais une serviette autour de mon buste et je me dirigeais vers la salle principale. Je me rendis bientôt compte que quelqu’un se trouvait déjà là. Et lorsque je reconnus cette personne, mon cœur fit un bond et mes joues virèrent au rouge presque instantanément. Pourquoi fallait-il que je la croise à chaque endroit où je me rendais ?
« C’est du harcèlement. » Lâché-je froidement, essayant désespérément de la faire fuir. « Tu ne peux pas simplement disparaître à tout jamais ? »
Oui. Tout aurait été plus simple si elle avait simplement disparu suite à ce baiser. Mais rien n’était jamais simple et je venais de m’en rendre compte. Serrant ma serviette entre mes doigts, je me sentais subitement gênée. Je n’avais jamais eu honte de mon corps mais personne d’autre que moi ne l’avait vu. Mise à part Electra dans le vestiaire de Quidditch. Et je me sentais subitement idiote. Pouvais-je m’évaporer comme ces bulles de bain ?



It happens in a blink
teach me to number my days ✻ and count every moment before it slips away. take in all the colors before they fade to grey. i don't want to miss even just a second more of this. it happens in a blink, it happens in a flash. it happens in the time it took to look back. i try to hold on tight, but there's no stopping time. what is it I've done with my life?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète ⁂
avatar


préfète ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 160 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Lun 22 Juin - 23:06



Tessena ♦ You shoot me down but I won't fall[/i] [/i]„

La journée avait été épouvantable. Il fallait dire que dernièrement tout allait de travers, je ratais tout ce que j’entreprenais. Je m’étais, un peu plus tôt dans la semaine, sauvagement avec ma sœur. Elle trouvait que mon comportement avait changé. C’est vrai. Depuis cette fameuse nuit, j’étais devenue très distante et très secrète, je ne lui disais plus rien et je l’évitais avec précaution. Peut-être parce que sa simple vision me rappelait l’éducation dans laquelle l’on avait grandi et me faisait penser à quel point j’avais pu pécher ce soir-là. Tout semblait me ramener à ce stupide baiser volé. Volé ? Pas tant que ça, j’avais répondu à ce dernier, après quelques instants d’étonnement et d’hésitation, mais j’y avais répondu. Ce n’était peut-être pas tant le problème. Le souci, c’était qu’il avait eu lieu entre moi et cette foutue serpentarde, mon ennemie de toujours. Le souci, c’était qu’il s’agissait d’une femme et je savais pertinemment la punition réservée en enfer aux homosexuels. Mais je ne le suis pas. Je ne suis pas attirée par les femmes.  Le suis-je ? Je n’arrive plus à être totalement sûre de moi à ce sujet. Peut-être avais-je simplement été troublé ? Il s’agissait de mon premier baiser, et si j’avais toujours idéaliser ce dernier, c’était un peu tomber à l’eau. Comment avait-elle osé alors qu’elle fait depuis toujours de ma vie un enfer ? Alhena Prince s’est donné comme plus sombre objectif de me rabaisser plus bas que terre, peut être au fond n’était-ce qu’une autre de ses ruses pour un peu plus me détruire. Me faire passer pour ce que je ne suis pas, me faire ressentir un dégout encore plus abject envers moi-même. Si j’avais raison, elle avait réussi, et j’avais été stupide de me faire avoir si facilement.

Alors pourquoi m’obstinais-je ? Pourquoi depuis que ses lèvres avaient capturés les miennes je ne pouvais plus penser qu’à ça ? Son parfum, une douce odeur de chèvrefeuille, hantait mes journées et son souvenir occupait mes nuits. La serpentarde se donnait pourtant bien du mal pour m’éviter depuis, menaçant même de me faire chanter et me rabaissant encore plus. J’avais laissé tomber, je n’avais pas la force de brasser du vent, si elle voulait faire comme si rien ne s’était passé, libre à elle. Mais je n’arrivais pas à oublier pour ma part, et il devenait de plus en plus courant que mon regard se perde sur elle en classe, mais je crois qu’au fond, j’ai toujours eu cette mauvaise habitude, comme un moustique attiré par la lumière. Mes yeux se posaient toujours sur elle, comment ne pas le faire ? Sa beauté et son charisme étaient si grands qu’il était difficile d’en faire autrement mais jamais, jusqu’à présent, je ne m’étais posée de question sur ce que cela pouvait vouloir dire. Je me voilais la face, autant que je le pouvais, parce que la vérité qui apparaissait au fil des jours ne me plaisaient pas, je voulais la modifier en autre chose, mais l’on ne peut pas vraiment se battre contre ça, n’est-ce pas ? J’osais espérer que ce n’était qu’une passade, que ça me passerait. Peut-être devais-je me trouver un petit ami ?

J’avais une migraine déjà bien installée quand je décidais de prendre un bain dans la salle de bain des préfets. J’avais un énorme besoin de me détendre, cela devenait urgent. Les cours terminés, après avoir fait un crochet à la bibliothèque pour faire mes devoirs, je me rendais donc dans la salle à l’accès réservé, ravie de la trouver vide. Je soupirais longuement, me déshabillant, ouvrant la multitudes de robinets pour remplir l’immense baignoire à l’aide de ma baguette. Je glissais finalement dans l’eau et la mousse, posant ma tête sur le rebord pour fermer les yeux, expirant longuement, profitant des bienfaits de l’eau chaude sur mes muscles tendus. Je commençais à m’endormir, quand une voix me fit sursauter. « C’est du harcèlement. » Par reflexe, je passais mes bras sur mon corps pour me cacher, mais la mousse le faisait parfaitement à ma place. Je fronce les sourcils en relevant mes prunelles chocolat vers l’objet de mes troubles. Oh non, elle ici. « Tu ne peux pas simplement disparaître à tout jamais ? » Je la regarde, sentant mon cœur se serrer. Pourquoi faut-il toujours qu’elle soit aussi méchante envers moi ?

« Je rêve. J’étais là la première Prince alors arrête de monte sur tes grands chevaux. »

Je remarque finalement sa tenue et me sens virer au rouge, je détourne rapidement le regard, embarrassée. J’ai le cœur qui menace d’exploser et je n’arrive pas à comprendre pourquoi. J’ai déjà vu une multitude de mes camarades dans des tenues similaires, je ne réagis pas de la sorte en temps normal.

« T’as eu une chance de me faire disparaitre. Tu as préféré me sauver, tu es la seule à blâmer. Je pense plutôt ue tu cherches des occasions pour me retrouver.»

Je ramène un peu plus de mousse vers moi, reportant finalement mon regard vers elle, souriant d’un air presque sournois.

« C’est bien que tu sois là. On va pouvoir parler de ce baiser. »

©clever love.


soulmates never dies
Please tell me I'm your one and only or lie and say at least tonight. When you turn off the lights I get stars in my eyes. Is this love? I'll give you what you like. I'll give you one last chance to hold me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂
avatar


préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 321 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Mar 30 Juin - 19:45

Elle me rendait folle. Pourquoi fallait-elle qu’elle soit toujours là ? Mon cœur battait la chamade. Je la haïssais. Et une partie de moi désirait la voir morte. Pourtant, je ne pouvais plus me passer d’elle. C’était un sentiment étrange que je ne pouvais décrire. Je devais partir avant qu’il ne soit trop tard. Je devais partir avant qu’elle plonge son regard droit dans le mien. Sans elle, je me sentais seule. Avec elle, j’avais l’impression de mourir à petit feu. Pourtant, elle me rendait un peu plus humaine. Un peu plus vivante. Je n’avais aucune idée de pourquoi je ressentais toutes ces choses et je préférais l’ignorer pour le moment. Ou bien pour toujours. J’inspirais profondément. La voir, la regarder était une vraie torture. Mais ici, elle était nue. Et je ne pouvais m’empêcher de repasser cette image dans ma tête, tentant de me calmer du mieux que je le pouvais. C’était tordu. Etrange. Elle était une femme. Une née-moldue. J’étais fiancée. Destinée à un homme que je n’aimais pas. Un homme que je m’efforçais d’apprécier ne serait-ce qu’un peu. Il allait être le père de nos enfants. Il était un Malefoy, né dans la bonne famille. Qu’était Tess ? Un grain de poussière dans cet immense univers.
« Je rêve. J’étais là la première, Prince. » Je haussais les épaules, tenant ma serviette fermement. Elle me rendait folle. Vraiment. « Alors arrête de monter sur tes grands chevaux. »
Pardon ? Je ne comprenais pas vraiment le sens de cette phrase. Probablement une expression moldue dont le sens m’échappait. Je soupirais sans discrétion. La voir me torturait. L’entendre était fatiguant. Quand ce supplice allait-il se terminer ?
« Tu as eu une chance de me faire disparaître. Tu as préféré me sauver, tu es la seule à blâmer. »  Je hausse un sourcil. « Je pense plutôt que tu cherches des occasions pour me retrouver. »
Je préférais ne plus l’écouter. La vérité était bien trop difficile à entendre. Mais il valait mieux tout nier avant que cela ne finisse en quelque chose que je ne pourrais contrôler. J’inspirais profondément, essayant de me calmer. Mais elle n’avait pas terminé.
« C’est bien que tu sois là. On va pouvoir parler de ce baiser. »
C’en était trop. Je devais me débarrasser d’elle, de n’importe quelle façon. Et sur un coup de tête, moi qui n’était pourtant pas impulsive, je laissais tomber ma serviette sur le sol avant de me diriger vers le bain et de m’y glisser, non loin de la Poufsouffle. Je lui adressais finalement un sourire mesquin.
« Pardon, tu disais ? »
La déstabiliser pour pouvoir lui faire oublier. Je ne voulais plus jamais avoir à reparler de ce baiser. Et j’étais prête à tout pour détourner le sujet. Je ne voulais plus y penser. C’était trop difficile. Trop douloureux. Trop étrange. Ce n’était pas normal, ce n’était pas quelque chose d’acceptable. Elle était une femme. Une née-moldue. Une idiote. Alors l’oublier, c’était le mieux. Probablement.



It happens in a blink
teach me to number my days ✻ and count every moment before it slips away. take in all the colors before they fade to grey. i don't want to miss even just a second more of this. it happens in a blink, it happens in a flash. it happens in the time it took to look back. i try to hold on tight, but there's no stopping time. what is it I've done with my life?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète ⁂
avatar


préfète ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 160 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Mar 7 Juil - 21:00



Tessena ♦ You shoot me down but I won't fall[/i] [/i]„

La gêne m’envahissait de plus en plus. La situation était inconfortable, je n’avais pas prévu que l’on vienne m’interrompre pendant mon bain. D’ordinaire à cette heure-là, personne ne venait. Non seulement on venait me déranger quand j’étais nue mais en plus sur tous les préfets qui auraient pu venir m’interrompre il avait fallu que ce soit elle, il avait fallu que ce soit Alhena. La même Alhena qui m’évite et me mène en bateau depuis qu’elle m’a sauvé, puis embrassé dans la forêt interdite. Ce même baiser dont elle ne voulait pas parlé, pas évoqué. J’étais mal à l’aise, j’avais besoin de savoir ce que ça signifiait pour elle, que ce soit tout ou rien. C’était mon premier baiser, et je refusais qu’il soit dénué de sens, j’avais passé mon adolescence à l’imaginer, à en rêver sous toutes les coutures, elle n’avait pas le droit de venir simplement me le voler et de faire comme si jamais rien ne s’était passé. Je refusais, et tant pis si je devais brasser du vent encore longtemps, j’obtiendrais une réponse, coûte que coûte. Je ne me faisais néanmoins pas d’illusions, je savais que la Prince ne ressentait que du dégout et du mépris à mon égard, et mon cœur se brisait à cette vérité, mais au fond de moi, dans toute ma ridicule naïveté, je ne pouvais m’empêcher d’espérer qu’elle soit plus différente de cette image qu’elle aime donner, que peut être, oui peut être, elle avait finalement un autre avis sur moi, un doux, un positif, et rien qu’imaginait cela je sentais mon cœur s’emporter. Que m’avait-elle fait ? Ce baiser avait été une révélation, peut-être pas une bonne, j’avais l’impression qu’elle m’avait jeté un sort. Peut être fait boire un filtre d’amour à mon insu pour rire de moi ? Allez savoir, mais j’étais à nouveau la victime, victime de ces sentiments naissants que je ne parvenais pas à évincer. La serpentarde était dans mes pensées, nuits et jours, et il y avait bien une explication, même si je m’efforçais de l’éviter.

Je m’enfonce jusqu’au menton dans mes bulles, mon visage a pris des teintes rouges et refuse de changer. Son indifférence me fait l’effet d’un coup de poignard, pourtant j’y suis habituée, mais elle parvient toujours à m’étonner. Elle restait silencieuse à mes attaques, et soudain, mon cœur s’arrêta. J’eu l’impression de voir sa serviette tomber au ralenti. Oh. Mon. Dieu. Elle était sérieuse là ? Je reste un instant à la fixer, complètement bugée. Un nouveau coup de chaud me prend et je finis par fermer les yeux, plus gênée que jamais. J’ai regardé sans regarder, pourtant son image reste dans mon crane et m’obsède, je la hais, je la hais, le corps d’une femme n’est pas censé me plaire, alors pourquoi n’arrivais je pas à m’empêcher de la trouver attirante ? Je ne devrais pas avoir envie de toucher certains de ses… atouts, dirais-je. Elle se rapproche dangereusement de moi et je commence à paniquer, je ne sais pas quoi faire, encore une fois elle réussit à me faire perdre tout contrôle et semble en prendre un malin plaisir. « Pardon, tu disais ? » Je déglutis, me laissant couler dans l’eau mousseuse. Je veux oublier, je veux sortir et voir qu’elle aura disparu. Et puis je réalise que non. C’est exactement ce qu’elle cherche à faire, me destabiliser pour ne pas me répondre. J’émerge alors, m’approchant assez d’elle pour la coller contre le rebord, les sourcils froncés, prenant garde à bien garder de la mousse près de moi. A son contraire je suis trop complexée pour dévoiler mon corps.

« Je ne sais pas c’est quoi ton problème, si c’est un stupide jeu pour toi, une façon de passer le temps, mais tu m’as impliqué dedans d’une façon beaucoup trop personnelle Prince. Tu es allée beaucoup trop loin. Alors si tu veux t’amuser à me torturer un peu plus, vas y, mais ne te loupe pas cette fois parce que je suis épuisée de tes viles tentatives pour attirer l’attention ou simplement pour te défouler. Tu n'as pas le droit de m'embrasser et de faire comme si tu ne l'avais pas fait. Assume, ai un peu de courage dans ta pitoyable vie pour une fois.»

Je plante mon regard dans le sien, je n'ai plus peur. Elle ne peut pas plus me briser.

©clever love.


soulmates never dies
Please tell me I'm your one and only or lie and say at least tonight. When you turn off the lights I get stars in my eyes. Is this love? I'll give you what you like. I'll give you one last chance to hold me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂
avatar


préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 321 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Sam 8 Aoû - 14:39

Elle hantait mes pensées. Comment faisait-elle cela ? C’était une question que je me posais fréquemment depuis l’épisode de la forêt interdite. Elle avait ce sourire timide qui faisait chavirer mon cœur et parfois, je m’égarais dans son regard noisette. Elle avait ce côté maladroit et désordonné qui, en temps normal, m’aurait rendue folle mais chez elle, je trouvais cela presque adorable. Et jamais auparavant je n’avais trouvé une personne adorable. Elle était imparfaite. Il n’y avait probablement pas plus imparfaite que Tess Harper. Et pourtant, lorsque je me retrouvais en sa présence, je ne pouvais m’empêcher d’agir comme une véritable peste, simplement pour la dégoûter, simplement pour l’empêcher de s’approcher de moi. Si elle venait à le faire, j’étais incapable de prévoir ce qui allait arriver. Pour la première, je ressentais quelque chose. Et c’était à la fois agréable et désagréable. J’aimais être inhumaine mais j’aimais encore plus sentir mon cœur battre la chamade, peu m’importait que cela soit douloureux. Pour la Poufsouffle, tout me semblait presque possible. Elle était en train de faire de moi une meilleure personne, sans même que je m’en rende compte, sans même qu’elle chercher à le faire. Elle avait cette emprise sur moi. Pourtant, face à elle, j’étais la pire des garces.
Je voulais la repousser, le plus loin possible. Car lorsqu’elle se tenait à mes côtés, je peinais à respirer. Je peinais à bouger. Comme si je perdais le contrôle de mon corps et de mon esprit. Elle me rendait folle et je ne pouvais rien y faire. Elle avait cette emprise sur moi dont je ne pouvais me défaire, malgré mes efforts acharnés. Depuis ce baiser, ma vie avait changé. Pouvait-on dire que cela était positif ? Non. J’aimais être une garce sans cœur. J’aimais traiter les autres comme des moins-que-rien, simplement pour me sentir exister. J’aimais exercer mon pouvoir sur les plus jeunes comme les plus âgés, simplement pour cesser de survivre. Mais la jolie Poufsouffle avait tout remis en cause, sans même se soucier de ce que cela pourrait causer. Depuis la forêt interdite, je l’évitais autant que possible. Je refusais de la voir, je refusais de l’entendre, je ne voulais plus avoir affaire à elle. J’étais effrayée à l’idée de me rendre compte de choses impossibles. Elle ne m’attirait pas, elle ne m’avait jamais attiré. Elle n’était qu’une idiote. Une idiote de née-moldue qui ne méritait ni mon attention ni mon regard. Elle ne méritait rien. Si ce n’était la mort.
Pourtant, une fois de plus, elle avait accroché mon regard. Et depuis, je n’arrivais plus à détourner mes yeux de son si joli visage. C’était une femme. Une née-moldue. Ce n’était pas correct. Pourtant, je ne pouvais m’en empêcher. C’était plus fort que moi. C’était à la fois douloureux et incroyablement bénéfique. A ses côtés, je me sentais à la fois plus faible et plus forte. Mon cœur pouvait bien se briser sous ses doigts, cela me semblait presque trop beau pour être vrai. M’étais-je attachée à elle ? Non. Bien entendu que non. C’était idiot comme raisonnement…Et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de penser à elle. Comme si elle avait une quelconque importance de ma vie. Comme si elle était autre qu’une idiote de née-moldue au regard vide. L’eau me faisait oublier la situation dans laquelle je m’étais immiscée. Mais la jeune Poufsouffle me rappela à l’ordre.

« Je ne sais pas c’est quoi ton problème, si c’est un stupide jeu pour toi, une façon de passer le temps, mais tu m’as impliqué dedans d’une façon beaucoup trop personnelle Prince. Tu es allée beaucoup trop loin. Alors si tu veux t’amuser à me torturer un peu plus, vas y, mais ne te loupe pas cette fois parce que je suis épuisée de tes viles tentatives pour attirer l’attention ou simplement pour te défouler. Tu n'as pas le droit de m'embrasser et de faire comme si tu ne l'avais pas fait. Assume, ai un peu de courage dans ta pitoyable vie pour une fois.»
Son regard se plongea dans le mien. Je déglutis. Pourquoi me regardait-elle de cette façon ? Comme si j’avais fait la chose la plus impardonnable qui soit. Je n’avais tué personne. Et je ne l’avais pas embrassé. Elle s’était jetée sur moi, sans une once de dignité. Ou peut-être était-ce moi. Je ne m’en souvenais plus très bien. J’avais tant essayé de rejeter ces souvenirs. Comme s’ils étaient bien trop difficiles à supporter. J’inspirais profondément. Elle m’a collé contre le rebord du bain et j’ai l’impression de m’être vidée de mon énergie. Comment fait-elle pour provoquer cela en moi ? Je me mordillais la lèvre doucement, laissant apparaître un soupçon de regrets dans la prunelle de mes yeux.
« Lâche-moi, Harper. » Lâché-je froidement, tentant de me reprendre. Mais je ne pouvais m’empêcher de regarder ses lèvres du coin de l’œil. La situation était vraiment trop étrange. « Lâche-moi ou sinon… »
Ou sinon quoi ? Je me sentais incapable de lui faire du mal. Je me sentais incapable de la blesser ou de la menacer. Je me sentais incapable de lui faire la moindre égratignure, par peur d’abîmer son si joli visage. J’inspirais profondément avant de tenter de la repousser mais elle ne se laissa pas faire. Je me contentais alors d’inverser nos positions. Et ce n’était pas la meilleure idée qui soit. Lorsque mes yeux rencontrèrent les siens, mon cœur fit un bond. Et sans que je comprenne ce qu’il était en train de se passer, je pressais mes lèvres contre les siennes, glissant ma main sur sa joue, fermant les yeux au contact. J’étais en train de perdre la raison.




It happens in a blink
teach me to number my days ✻ and count every moment before it slips away. take in all the colors before they fade to grey. i don't want to miss even just a second more of this. it happens in a blink, it happens in a flash. it happens in the time it took to look back. i try to hold on tight, but there's no stopping time. what is it I've done with my life?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète ⁂
avatar


préfète ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 160 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Mer 12 Aoû - 3:50



Tessena ♦ You shoot me down but I won't fall[/i] [/i]„


Rien dans la vie ne m'avait préparé à affronter  une telle situation. Depuis ma naissance, j'avais été conditionné à croire à des écrits racistes et homophobes, à une religion trop exigeante qui se vantait d'aimer tout le monde mais qui rejetait la moindre différence. C'était un miracle que mes parents ne nous ait pas considérer comme des monstres ma soeur et moi après que nous ayons reçu la lettre pour Poudlard. Je me souviens que lorsque Karen l'avait reçu, deux ans avant moi, mes parents n'y avait tout d'abord pas cru. Moi non plus d'ailleurs. La magie, comment une telle abomination pouvait exister? C'était leur avis, au fond de moi j'avais secrétement prier pour que cela existe et me sauve de cette existence qui me semblait déjà toute tracé. Mes parents me trouveraient sans doute un garçon de l'église, un fils d'une de leur connaissance et me forcerait à le cotoyer jusqu'à m'y attacher un tant soit peu, esperant que j'en tombe amoureuse. Dans l'espoir de leur faire plaisir je céderais et menerais une vie moyenne, élevant nos enfants dans la même croyance stupide qui commençait à me dégouter. Quoi qu'il en soit, quelle ne fut pas la réaction de mes parents en voyant Dumbledore lui même à notre porte pour nous prouver que la magie était belle et bien présente dans notre monde. Je me souviens de l'excitation que j'avais ressenti. Il avait tapoté ma tête en me murmurant que mon tour viendrait aussi, mais que pour l'instant il venait pour ma soeur ainée. Nos vies avaient changé à tout jamais.

Et aujourd'hui encore. Depuis ce baiser volé dans la forêt interdite j'avais compris. J'avais compris l'atroce vérité sur Cassiopée Ahlena Prince. Mon coeur s'agitait en sa présence, mes joues s'empourpraient, et je priais de toutes mes forces pour qu'elle daigne m'offrir ne serait-ce qu'un regard. Je n'avais jamais compris pourquoi avant cela. J'avais mis mes réactions sur le compte de l'intimidation qu'elle excerçait sur moi. Pourquoi avait-il fallu que ce soit elle?  J'étais tombée pour mon bourreau, et il était de plus en plus certain qu'elle aurait raison de moi. Elle m'avait arraché le coeur et s'amusait avec à chacune de nos rencontres, comme s'il n'avait pas la moindre valeur, et au fond, peut être avait-elle raison. Elle le répétait souvent, je n'étais qu'une née moldue, une "sang de bourbe" à ses yeux, alors à quoi bon continuer de se battre pour obtenir une vérité qui n'existe que dans mes fantasmes?

Pour la première fois en sept ans je l'affronte, je lui révèle ce que je pense réellement. C'est sorti tout seul, je suis lassée de ce stupide jeu, si ça en est un du moins. Je ne compte plus me laisser marcher sur les pieds. J'ai grandi, j'ai murri, il est temps que je devienne forte, sans quoi je ne suis pas digne de porter l'écusson sur ma robe de sorcier pliée soigneusement au rebord de l'immense bassin. Elle ne peut plus fuir, plaquée contre le rebord du bassin alors que moi, je m'inquiète qu'elle aperçoive quelques centimètre de trop de mon coeur. « Lâche-moi, Harper. » Je ne quitte pas son regard, je n'ai plus peur. « Lâche-moi ou sinon… » J'esquisse un sourire que je veux moqueur, même si je sais parfaitement que cela ne l'impressionnera pas, au moins elle va éclater de rire tant ce n'est pas naturel chez moi. Je m'apprête à affronter la moindre de ses attaques, je tendrais la joue s'il le faut même. Peut etre finalement que mon éducation aura raison de moi. Elle me repousse mais je tiens fermement ma position, je veux qu'elle comprenne que je suis à bout. Je sens le pire arriver. Je ferme les yeux, attendant son courroux qui ne vient pas. Je la sens renverser nos positions et alors que je panique à l'idée qu'elle puisse apercevoir mon corps je sens ses lèvres s'emparer à nouveau des miennes, comme dans la forêt. Si je me laisse aller quelques secondes et réponds avec un soupir au baiser, je finis par la pousser violemment, collant violemment mes doigts contre sa joue.

« Mais bordel c'est quoi ton problème Cassiopée? Tu fais totalement l'opposé de ce que je te dis. Ca t'amuse à ce point? Trouve toi une autre victime, je t'ai dis que je ne jouais plus.  »

Je me glisse le long de la paroi, tatonnant pour attraper ma serviette, me la passant autour du corps dans l'eau. Tant pis si elle est trempée, je suis trop pudique pour sortir sans. Je m'échappe finalement du bassin, le visage en feu.

©clever love.


soulmates never dies
Please tell me I'm your one and only or lie and say at least tonight. When you turn off the lights I get stars in my eyes. Is this love? I'll give you what you like. I'll give you one last chance to hold me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂
avatar


préfète, capitaine et poursuiveuse de l'équipe de quidditch de Serpentard ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 321 devoirs depuis ma répartition, le : 01/06/2015


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   Jeu 10 Sep - 18:19

Elle me rendait folle. Et je ne pouvais plus rien y faire. J'étais perdue dans ce tourbillon intense de sentiments que je ne pouvais contrôler. Elle avait ce sourire qui faisait s'accélérer mon cœur, ce regard qui faisait chavirer mes sens. Elle me rendait meilleure et c'était bien pire que tout. Elle faisait de moi quelqu'un que j'avais toujours refusé d'être. Je me battais tous les jours pour lui résister. C'était un combat constant et j'avais pourtant l'impression de perdre du terrain. Elle agissait comme si j'avais de l'importance à ses yeux, elle agissait comme si j'étais une personne à qui il arrivait de faire des erreurs. Et il était vrai que depuis que j'avais cessé de la haïr, je me sentais plus humaine. Plus encline à me tromper, à faire des erreurs que j'aurais aimé ne jamais faire. L'embrasser avait été l'une d'entre elles. C'était plus fort que moi. Une partie de moi ne désirait qu'elle alors que l'autre essayait désespérément de tout oublier d'elle. C'était un combat constant, permanent et j'étais en train de le perdre. J'étais fatiguée, éreintée de me battre comme mes démons. Contre ce qu'elle avait insufflé en moi, sans même s'en rendre compte. Je voulais l'oublier. Je voulais la détester. Mais tout ce que je parvenais à faire, c'est penser un peu plus à elle. C'est m'intéresser un peu plus à ce qu'elle pouvait faire de sa vie, de ses journées. Je voulais tout savoir d'elle alors que mon seul désir était de la chasser de ma vie et de mes pensées définitivement. Ce que je faisais, ce que nous faisions, c'était mal. C'était idiot. Et j'en avais assez de la regarder et de sentir mon cœur s'effriter au moindre contact de sa peau contre la mienne. Je voulais qu'elle disparaisse de ma vie avant qu'il ne soit trop tard. Mais peut-être était-ce déjà le cas. Peut-être avions-nous franchit des limites normalement infranchissables. Nous ne pouvions plus reculer. C'était tout ou rien.
Je sentis ses doigts s'abattre avec violence sur ma joue. Elle avait raison. Elle avait tous les droits de faire ça. Je sentis mon cœur se briser sous la douleur. Elle avait tous les droits de me rejeter. Mais jamais je n'aurais pensé que ce soit aussi douloureux. Jamais je n'aurais pensé que me faire détester d'elle pouvait être aussi inhumain. J'avais toujours été habituée à avoir tout ce que je désirais. Mais jamais je n'avais pensé qu'elle pourrait être un jour l'objet de tous mes désirs. Je n'avais plus le temps. Nous n'avions plus le temps. Je n'avais aucune idée du pourquoi du comment, je ne comprenais pas pourquoi je me battais encore pour être à ses côtés l'espace de quelques instants. Je devais la détester. Je devais me jouer d'elle. Je devais tout faire pour qu'elle me haïsse. Car si elle venait à me haïr, les choses deviendraient tellement plus simples. Je n'aurais plus à faire semblant. Je n'aurais plus à faire semblant de l'apprécier. A faire semblant de l'aimer. Je la détestais, je la haïssais. Oui, il fallait que j'arrive à m'en convaincre. Je n'avais pas le choix. Je n'avais plus le choix. C'était comme ça.
« Mais bordel, c'est quoi ton problème Cassiopée ? » Pardon ? Je manquais de m'étouffer en entendant mon prénom. Comment pouvait-elle oser m'appeler ainsi ? « Tu fais totalement l'opposée de ce que je te dis. Ça t'amuse à ce point ? »  Voilà longtemps que la situation ne m'amusait plus. « Trouve-toi une autre victime, je t'ai dis que je ne jouais plus. »
Le problème était que je ne jouais plus et ce depuis la forêt interdite. Je ne jouais plus. J'essayais de comprendre qui j'étais. J'essayais de comprendre ce que je ressentais. J'essayais d'oublier qui j'étais. J'essayais d'oublier ce que je ressentais. Je ne voulais pas être comme ça. Je refusais de devenir ainsi. Et pourtant, malgré tous mes efforts, en sa présence je perdais les pieds. Je perdais la raison. Comme si son cœur était un aimant et le mien un vulgaire bout de ferraille. Elle enfila sa serviette, sortant de l'eau. Je manquais de m'étouffer en voyant que cette dernière collait à sa peau. Je détournais le regard, mes joues virant au rouge vif.
« Sors de là, Harper. » Lâché-je froidement, les larmes aux yeux. « Sors de là. Je ne veux plus jouer. Je suis fatiguée, je suis... » Je retins un sanglot, tentant d'être la plus discrète possible. « Je suis fatiguée de toi et de ton sourire. De toi et ton regard noisette. De toi et de ta voix si apaisante et douce. Alors sors de là, sérieusement. »
Je m'adossais à la paroi du bain, lui tournant complètement le dos.  Je ne voulais plus la voir. Je ne voulais plus l'entendre. C'en était devenu trop douloureux. Non, elle ne me rendait pas folle. C'était bien pire que cela.



It happens in a blink
teach me to number my days ✻ and count every moment before it slips away. take in all the colors before they fade to grey. i don't want to miss even just a second more of this. it happens in a blink, it happens in a flash. it happens in the time it took to look back. i try to hold on tight, but there's no stopping time. what is it I've done with my life?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (tessena) all i want is to forget   

Revenir en haut Aller en bas
 

(tessena) all i want is to forget

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: RPs-