Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


professeur de Rune ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 719 devoirs depuis ma répartition, le : 20/06/2015


MessageSujet: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Lun 22 Juin - 20:20

« Pour la semaine prochaine donc, je vous prierai de me reprendre le cercle Runique que vous avez eu à faire pour le dernier examen. À ce stade de l’année, vous devriez être capable de corriger seul. Si vous voulez des précisions supplémentaires les grimoires au fond de la classe sont à votre disposition. »

Il frappe deux fois sur la table, du bout de ses doigts gantés, et toute la classe se lève dans un grand brouhaha. Le signal ; le cours est terminé. Il se pince l’arête du nez avant de lever une main :

« Absythe Black, vous restez là. »

La foule baisse d’un ton. Les regards se tournent vers la jeune fille, l’auréolant d’une admiration floue et tordue. Puis les silhouettes, même alliées, s’égrainent peu à peu, dans un mélange entre le silence et la rumeur. Abel inspire sans ouvrir les yeux. De l’extérieur, c’est probablement un jeune professeur qui reprend le contrôle de son corps après un cours un peu pénible. Qui retire ses lunettes et regarde la lumière du jour décliner par la fenêtre. Il ne soupire même pas. Et une fois le dernier élève sorti, il pose la main en silence sur le mur, sur une inscription en cercle qui est prolongé jusque la porte, qui se ferme, semble-t-il, toute seule.

Un interrupteur. Pour fermer la porte. Pourquoi a-t-il besoin de tracer des runes jusque sur la porte pour la fermer alors qu’un coup de baguette suffit à la claquer ? La baguette en question, elle est posée sur le bureau. 41 centimètres. C’est ridiculement long. Le professeur Malefoy n’était pourtant pas très grand. Pas si grand.

Restait qu’il était populaire. Et pas pour sa joie de vivre.


« Assied-toi. »

Il ne bouge pas. Il regarde le soleil qui nargue, parce qu’il ne se couchera que dans plusieurs heures, mais qu’il fait mine de tirer la couverture de la nuit sur le ciel. Il la laisse obéir. Et il sait qu’elle n’obéira pas. Pas comme ça. Il attendra autant de temps qu’il faudra.

C’était toujours le même cirque, avec lui.

Comment vas-tu ?


« Comment vas-tu ? »

Comment vont tes parents ?

« Comment vont tes parents ? »

Des nouvelles de Sir Black ?

« Ton grand-père ? »

C’était répétitif au point d’en être drôle. Qu’on réponde ou pas. Sincèrement ou pas. D’un ennui affligeant. Qu’on pourrait penser…


« Si je te demandais de refaire le devoir de la dernière fois, tu ne saurais pas le faire, n’est-ce pas ? »

Ha. Malefoy s’est assis. Il ne regarde plus le ciel rougeoyer. Il ne soupire même pas. Pourtant ça se sent d’ici qu’il a envie. Il s’est assis sur son bureau et à croisé les jambes pour défaire le premier bouton de son col de chemise.

« Pourquoi t’es là. Sérieusement. »

Il la regarde sans méchanceté. Même son air sévère, moins vivant qu’un cadavre, prend une teinte triste dans l’éclairage du soir. Mais c’est certainement l’éclairage. Personne n’a jamais vu le Professeur Abel Malefoy triste. Ou heureux. Ou même simplement passionné. Même lorsque les élèves restent après les cours pour voir une partie moins théorique des runes, personnes ne l’a vu ne serait-ce que sourire. Il ne semble jamais fatigué non plus. Il se déplace dans les couloirs, semble être la personne qu’on appelle quand qui que ce soit à besoin d’aide parmi les Seprentard… Comme un grand frère pour les plus vieux d’entre eux. La rumeur court parmi les verts qu’il suffit de lui demander de l’aide sur n’importe quel devoir, et on recevait une note explicative de plusieurs pages quelques jours plus tard, dans son dortoir, quel que soit la matière du devoir en question. Notes qui remontaient une moyenne en un clin d’œil…

Ce n’est certainement qu’une rumeur. Difficile de croire qu’un être aussi peu impliqué émotionnellement puisse consacrer du temps libre à des devoirs de première année sous le seul prétexte qu’ils ont demandé poliment.


« Absythe. Ça ne m’amuse pas. Ça ne t’amuse pas. Alors dis-le. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mar 23 Juin - 13:57



❝T'en as pas marre de faire semblant ?❞
Absynthe & Abel
"AbsyNthe"

Répondis-je en accentuant sur le son IN. Qu'est-ce qu'il me voulait encore ? Sincèrement, il n'avait pas encore compris que je me contrefichais de son cours ? L'inutilité des runes était tout de même visible, non ? A quoi cela servait de traduire des choses ? Il y avait assez de vieux dinosaures pour le faire à notre place, non ? Avec les temps qui courraient et ces sales nés-moldus qui remplissaient notre monde, il valait mieux apprendre la pratique que la théorie, pour éviter qu'ils continuent à nous voler nos pouvoirs. Mais voilà, ce cher Malefoy semblait ne pas comprendre ma façon de voir les choses, et il ne comprenait pas que si mon royal séant était assis dans sa classe, c'était uniquement car mes parents voulaient que je prenne le plus d'options possibles.

Il m'ordonna alors de m'asseoir ce que ... je ne fis pas. Mes mains croisés sur ma poitrine, j'attendais qu'il fasse son cinéma. Les questions commencèrent, et je soupirais d'impatience, en claquant insolemment mon pied contre le sol.

"C'est bon, je peux parler ? J'allais parfaitement bien avant que vous ne vous preniez pour un enseignant soucieux de mon futur ... Mon Grand-Père est actuellement en train de démêler des histoires de bâtards dans la famille et mes parents ... vont parfaitement bien ..."

Prenant alors place sur la table d'un élève, je m'arrêtais quelques instants avant de reprendre la réponse à ses questions:

"Je suis là parce que vous m'avez demandé de rester ... Quant à ce devoir, pourquoi je le referai ? A quoi ça me servirait de refaire deux fois un devoir ? Sincèrement, vous êtes le seul professeur mâle de cet établissement à être aussi ... agaçant. Et non, cela ne m'amuse pas ... Devoir faire cette option car mes parents pensent que vous êtes un excellent professeur me gonfle assez."

J'avais beaucoup de mal à être agréable dans ce genre de situation. Là, remonter ma robe ou décolleter davantage mon haut ne servait à rien ...


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar


professeur de Rune ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 719 devoirs depuis ma répartition, le : 20/06/2015


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mar 23 Juin - 15:15

« C’est être agaçant de ne pas laisser passer tous tes caprice juste à la vue de ton décolleté de gamine ? »

Ça ne fait rire personne. Ça énerve. Les initiatives parentales. Je ne peux que comprendre. J’ai une place, dans cette génération. Une place compliquée à tenir, une place qui ne me convient certainement pas. Mais c’était justement ça que les ainés aimaient chez moi. Ce goût de l’effort. Prendre la place qui s’impose sans espérer que quelqu’un le fera à notre place.

Je prends ma place. Parce que personne ne peut le faire. Personne sinon moi.


« Ne me fais pas répondre à tes parents quand ils me demandent de tes nouvelles que j’ai vu des putes moldues avec plus de classe que toi. Ça leur ferrait beaucoup de mal. »

Je ne suis pas conciliant. Ni même aimable. Ça ne sert à rien d’être aimable avec ce genre d’enfant.

Parce que c’est une enfant. Une enfant qui croit qu’elle a plus d’influence qu’elle en a vraiment. Qu’elle a plus de pouvoir qu’elle n’en a vraiment. Qu’elle en sait plus que ses ainés. Elle peut faire la maligne. Mais au moins qu’elle le fasse plus subtilement. Parce qu’elle n’avait pas l’air maligne. Au contraire. Et elle ne semblait même pas s’en rendre compte.


« Tes parents ne pensent pas que je suis un bon professeur. Ils pensent que je suis un bon éducateur. Et je ne vais pas dire que « ça me gonfle », parce que ce n’est pas une manière de s’adresser à une élève, ni à une cousine, ni à la fille de sorciers respectables combien même elle ne fait aucun effort pour le prouver. »

Je me lève. L’envie de m’arracher les cheveux. Mais je n’en fais rien, et personne ne peux vraiment le voir. Ça ne s’affiche pas sur son visage. Ça se sent juste dans l’air. Cette colère glaciale. Cette… Déception ? Les bras croisés face à la vitre, Abel n’est plus qu’une silhouette, opposé à une porte verrouillée. Sa voix porte, sans colère, sans dureté, sans même agacement ?

« Tu es dans la maison Serpentard et tu arrives à faire tout le contraire de ses enseignements. Qu’est-ce que tu crois ? Que tu peux passer ta vie à être fière de ce que tes ancêtres ont bâti ? »

Ça fait mal. De constater un enfant gâté. Gâté, comme un fruit qu’on a nourri avec trop d’amour et trop de bonté. C’est plus douloureux que de constater un enfant déchiré avant l’heure. Parce que la fatalité nous tomb sur la gueule, et qu’on se dit qu’il y avait rien à faire de plus. Un enfant gâté, pourri, c’est un future adulte qui ne donnera rien de bon parce qu’on a tout fait pour qu’il le devienne.

Un sang-pur sans bienveillance, qui confond les né-moldus, des sorciers, avec ceux qui ont brûlé nos générations de l’âge noir. Un sang-pur sans connaissance de son histoire, ni de son destin, ni de ses devoirs. Et même parfois ignore les droits qui lui sont vraiment utiles.


« Que tu te contentes de ta propre faiblesse et de ton patrimoine n’est en aucun cas mon problème. Que tu n’aies aucune ambition que d’être jeune et jolie n’est en aucun cas mon problème. Mais tant que tu n’auras pas expliqué à tes parents que tu préfères te concentrer sur tes autres cours, je n’admettrai pas que tu te contentes de médiocrité. Grandis un peu. »

Tu aurais eu des parents moldus, ou des parents de sang-mêlé, que je n’aurais même pas dis la moitié de ce que j’ai dit. Je ne l’aurais certainement pas formulé comme une insulte. Je ne l’aurais certainement jamais exposé comme un dégoût apparent. Parce ce qui m’agace chez toi, Absynthe, c’est justement le fait qu’on t’a tout donné, jusqu’à la beauté, et que tu n’en fait rien. Rien qui soit à la hauteur du cadeau que l’on t’a fait. La médiocrité chez les né-moldu m’indiffère, pour la simple et bonne raison que jusqu’à ce qu’ils reçoivent leur lettre, personne ne les as éduqué comme il se doit à la magie. Ils ont dix ans e retard, et aucun gène pour leur donner l’excellence. C’est le travail de cette école de leur donner les moyen d’être de bons sorciers malgré tout. Ils n’atteindront que rarement l’excellence, mais ce n’est pas un problème.

Contrairement à toi, Absynthe. Parce que j’ai vu des nés-moldus plus travailleurs que toi. Des femmes moldues qui se respectaient mieux. Des nés-moldus qui visaient plus haut que toi, et qui mettaient toutes les chances de leur côté pour.


« ‘Les erreurs de nos ainés ne sont pas dues à nos actes, mais nos actes manqués sont le fruit de nos ainés.’ Je ne veux pas répéter cette phrase à tes parents. Alors ne nous fait pas honte, et si tu veux me prouver que j’ai tords, tu me referas cette traduction. Parce que cette traduction, c’est tout le Savoir qu’on n’a pas intérêt à perdre le jour où les moldus trouveront un nouveau moyen de nous faire brûler vif. »

Je retire mes gants. Je te montre ma paume. Tu ne peux pas voir les brûlures d’ici, mais tu vois les traits d’ancres en lettrage anciens.

« Fehu. »

Dans ma paume apparait une flamme d’une violence évidente, contenue, puissante. Ça ne dure qu’une seconde, comme l’ombre flamboyante d’une danse enragée, puis disparait quand je ferme le poing.

La véritable raison pour laquelle on fait apprendre les Runes aux élèves de Poudlard n’est pas pour faire la traduction de vieux grimoires poussiéreux. C’est pour qu’on oublie jamais comment s’en servir. Et ça, Absynthe, c’est ton histoire, l’histoire de ton sang, et le savoir de nos lignées.

Et c’est peut-être la seule fois de ta vie que tu verras mes yeux éclairé par une flamme, quelle qu’elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mar 23 Juin - 15:43



❝T'en as pas marre de faire semblant ?❞
Absynthe & Abel
"Gamine ..."

Je ne supporte pas ce mot. J'ai 17 ans, je suis majeure dans le monde magique et même si je suis constamment sous la protection de mes parents, bien trop agenouillés aux pieds de leur parfaite fille, j'ai vécu tout de même certaines choses. J'ai d'ailleurs certainement plus d'expérience sexuelle que ce professeur fade et sans odeur. Et lorsque je l'entends parler de putes moldues, je sens le sang bouillir dans mes veines. Il a la chance d'être un professeur, et je sais immédiatement que les mots vont être déformés auprès de mes chers parents. Lorsqu'ils apprendront qu'un enseignant a dit à leur fille adorée qu'elle ressemblait à une pute moldue, cela risque de faire du ramdam ... Oui je sais, ce n'est pas ce qu'il a dit exactement, mais c'est ainsi que je le traduis.

"Ce n'est pas parce que vous êtes gay que vous devez considérer les femmes gâtées par la nature comme des prostitués."

Educateur, professeur ... C'est pareil ... Et sincèrement, je n'en ai rien à foutre de ce que tu peux me dire et si tu as l'impression que je t'écoute, à ce moment-là, tu te mets le doigt dans l'oeil. J'hoche la tête de haut en bas, attendant patiemment que tu ais enfin fini ta petite leçon de morale. Je n'ai pas envie de me prendre la tête avec ça. Si tu me parles de tes cours, j'en sais le minimum mais je ne m'y intéresse pas. Si je suis la meilleure élève de mon année dans les disciplines pratiques, ce n'est pas pour rien.

"Mais vous vous prenez pour qui ? Que savez-vous de moi ? Savez-vous seulement que je suis l'élève avec le plus d'options ? Savez-vous qu'hormis dans vos cours, en histoire et en botanique, je suis la meilleure ? Pourquoi vous me faites chier ainsi ? Parce que je ne traduis pas vos saletés de runes ! Je connais mon alphabet, je connais le Furthark par coeur mais ça ne me sert à rien ! Et sauf si vous me montrez que cela peut me servir en pratique, sinon, vous brassez du vent ! Me comparer à un né-moldu alors que je bosse certainement plus que la plupart ... Vous me donnez envie de gerber !"

Il ne me connait pas. Il ignore à quel point je me donne pour réussir, et même s'il m'est arrivé de faire du charme aux professeurs pour réhausser ma note, ce ne fut que de l'Effort exceptionnel en optimal ! Et je n'étais pas un troll en runes ! J'avais tellement lu à ce propos et j'avais tellement espéré que cela soit comme dans certains romans moldus où les runes avaient vraiment un impact sur la magie ...

"Vous faire la traduction de la rune la plus connue du Furthark ? Vous me prenez pour une idiote ? Si vous voulez vraiment voir mon niveau, posez-moi des questions plus complexes qu'une stupide traduction que j'ai fait en deux minutes, ne voulant pas m'emmerder avec ça."


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar


professeur de Rune ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 719 devoirs depuis ma répartition, le : 20/06/2015


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mar 23 Juin - 17:08

Colère, frustration. Et un brin d’argumentation, malgré le dédain évident. Ça prend. Tant pis pour la morale familiale. Tant pis pour l’amalgame. Tant pis pour le bon paraitre. Au moins maintenant il savait qu’elle ne faisait pas semblant d’étudier. Qu’elle ne laissait pas s’écouler les heures.

« Je me prends pour ton professeur de Rune. Je ne suis pas censé savoir ce que tu es en dehors de mon cours, et dans mon cours, on ne donne pas 6 sigils alchimiques à une jeune femme qui ne vise que la moyenne pour une traduction évidente et parle à son professeur comme à un elfe. »

Je vais dans le fond de la classe. Ressort de vieux grimoires. Ouvre un parchemin et prend des notes.

« Tu es impatiente. Et impudente. Je ne te prends pas pour une idiote pour autant. Je trouve ça d’autant plus irritant que je sais très bien que tu ne l’es pas. Mais tu refuses de faire les choses dans l’ordre. »

Je reviens et lui lâche le parchemin sur les genoux sans arrêter mon chemin. Je récupère mon attaché-caisse. Fixe longuement ma baguette.

« Un Sigil par semaine. Fonctionnels. De l’utilité qu’il te plaira. Fais preuve d’imagination. Rend tes autres devoirs, insignifiant ou pas. La bibliothèque de Poudlard est l’une des plus fournies. Pas des traductions, Black. Ce seront les tiens. Tu n’auras ni l’expérience ni les connaissances nécessaires pour les mettre en pratique, même si c’est pour faire voler une petite cuillère ou invoquer la plus insignifiante des fées. Mais s’ils sont parfaits, tu m’auras prouvé que tu n’es pas une idiote et que ta méthode fonctionne mieux que la mienne. »

Je prends ma baguette, en me concentrant. Je la glisse lentement dans mon sac. Pas d’éclair. Je ferme les yeux. Mais je ne soupire pas. Pas encore.

« Si au bout de six semaines, tu es toujours aussi travailleuse, je continuerai de t’admettre en cours, et consentirai à un commentaire positif. Par-là, comprends que je cesserai de ‘te gonfler’. »

Il met la main sur le mur. La porte s’ouvre. Il remet ses lunettes, et se dirige droit dessus.

« Tu ne tiendras pas deux semaines. »

Provocation pure. Pari lancé. S’il y a bien une chose que déteste par-dessus tout Abel Malefoy, c’est qu’on se paye sa tête sans rien savoir. S’il y a rien une chose qu’Abel espère à présent, c’est qu’Absynthe est loin d’être une idiote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mer 24 Juin - 17:00



❝T'en as pas marre de faire semblant ?❞
Absynthe & Abel


Mon attitude était clairement insolente ! Même avec de la mauvaise volonté, je ne pouvais le nier. Mais que voulez-vous, on ne change pas une princesse ainsi ... Lorsque je décidais de ne pas aimer une matière, il était quasiment impossible de me décider à m'investir dans cette matière. D'ailleurs, les cours théoriques me posaient ce problème. Je n'étais pas un troll, mais je ne le travaillais pas et je me contentais donc de ma présence en cours pour assimiler. Cela me suffisait pour avoir de l'acceptable, mais j'étais fort loin de l'optimal que je pouvais avoir en potions ou en métamorphoses.

"Un elfe ne se permettrait pas de me comparer à une pute moldue ... J'ai donc bien plus de considération pour eux que pour vous, en ce moment ..."

Avais-je lancé, brutalement. Oui, je ne digérais pas cette comparaison. Le fait que je me maquille et que je me déhanche dans les couloirs ne faisait pas de moi une prostituée. Certes, je me servais de mes charmes pour obtenir certains privilèges, mais ça ne faisait pas de moi une catin. Lorsqu'il me parla des cours, j'allais rétorquer qu'il pouvait aller se gratter, mais une chose attira mon attention. Attendez, je venais de voir Fehu en action là, non ? Dans les livres, il était en effet indiqué que les germains usaient de la magie grâce aux runes, mais les cours suivis à Poudlard n'avaient montré que le côté de la langue ... N'était-ce pas qu'une légende ?

"Attendez ... Vous voulez dire qu'on peut utiliser les propriétés des runes pour renforcer notre magie ? Je pensais qu'il ne s'agissait que d'une légende ... Aucun de nos professeurs de runes ne nous les a présentées ainsi !"

Note à moi-même, aller dévaliser la bibliothèque à la recherche de ces informations. Vous savez, j'étais ambitieuse, je vous rappelle que mon désir professionnel à long terme est de devenir ministre de la magie. Alors les glyphes pourraient m'y aider, et je m'y connais ...

"Bien ... Donnez-moi deux semaines et je vous montrerais que je peux travailler comme vous le voulez. Si au bout de deux semaines, je connais théoriquement comment la glyphe peut agir sur ma magie, vous m'apprenez à en user ... Je vais vous prouver que je ne suis pas une faignasse ... "


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar


professeur de Rune ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 719 devoirs depuis ma répartition, le : 20/06/2015


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   Mer 24 Juin - 18:44

Abel se retourne dans l’encadrement de la porte. Il s’y adosse, et regarde tranquillement la jeune Black s’agiter dans tous les sens. On ne rit moins, pas vrai, quand on voit que quelqu’un peut nous être utile.

« Tu sais pourquoi tu dois parler poliment à tes aînés Black ? Parce qu’ils ont des choses à t’apprendre. Et que si tu leur tapes sur les nerfs, ils peuvent te refuser de te l’apprendre. »

Si Absynthe avait montré des dispositions, si elle avait montré de l’intérêt et de la patience, Abel n’aurait pas rechigné à lui apprendre. Il l’apprenait déjà à quelqu’un, pour être honnête. Sixtine Nott. Avec qui ça se passait très bien, contrairement à ce qu’un œil extérieur, surtout du calibre d’Absynthe, pourrait croire. Car l’apprentissage était long. Lent. Laborieux. Et ce n’était pas simplement question d’être douée pour la pratique. C’était aussi question de vision du monde. De dignité. De calme que les humains n’ont pas au naturel. Qu’il faut apprendre, et réapprendre. Encore et toujours. Sixtine y mettait les efforts et avançait progressivement. Et Sixtine en avait eu l’opportunité parce qu’elle avait montré, dès le début, qu’elle le méritait.

Il y avait foule de personne qui était plus en haut de la liste qu’Absynthe pour apprendre les Runes. Ce n’est pas un cours qu’il pouvait donner à tout le monde. Ce n’est pas un cours qu’il était autorisé à donner. Ni part Dumblerdore, ni par son propre Maître, l’ancien professeur de Runes de Poudlard. Pour la simple et bonne raison que si il était d’utilité public pour tous les sorciers de savoir lire les sigles, il était plutôt dangereux d’en apprendre la pratique en dehors de la méthode traditionnelle, c’est-à-dire seul à seul avec son Maître, en comité très réduit. C’était moins utile que dangereux pour la simple et bonne raison que la plupart des sorciers pouvaient, avec les sorts créés par les mages modernes à partir de la fin de l’antiquité, faire bien plus vite et bien plus efficacement, avec beaucoup moins de risques. Et ce, sans le demander à personne.


« Tu as une semaine. Une semaine, parce que tu es brillante, pour apprendre toute la théorie. Si la semaine prochaine tu la connais, je t’apprendrais la Conscience. Et crois-moi, tu es très mal partie pour l’avoir, avec un orgueil pareil. Je veux mes six sigils. »

La Conscience. Même après avoir appris auprès de son maître, même après avoir compris le fondement de ce qu’était la Conscience, même en étant naturellement prédisposé à la ressentir, et même pressé par le temps à cause de sa baguette récalcitrante, il avait fallu neuf mois à Abel pour commencer à invoquer une puissance magique qui n’était pas la sienne. Même en étant humble et suppliant, même en étant digne et patient, il avait toujours fini par perdre son calme, par offenser les invoqués, par déformer les mots, par perdre de vue que ce n’était pas lui qui contrôlait la magie des Runes, mais les mots, écrits et prononcés, qui le contrôlaient. Il lui a fallu 10 ans pour les maîtriser au point de substituer toute la magie de son quotidien par des sigils, inscrits partout dans les pièces où il vivait. Dans son bureau, sa chambre, sa salle de classe… Cette salle de classe. Toutes les écritures sur les murs avaient un but utilitaire. Pour pallier à tout ce qu’il ne pouvait plus faire avec sa propre magie. Ouvrir et fermer la porte. Les rideaux, les fenêtres. Eclairer la pièce. Faire léviter les grimoires du fond de la classe à chaque bureau. Tous les élèves pensaient que c’était un dérivé de Windgardium Leviosa. Ceux qui avaient pris la peine de regarder auraient vu les rails d’écritures anciennes sur le sol, et que le Professeur Malefoy n’avait rien à faire, pas même à se concentrer, après avoir prononcé sans souffle un ‘Mot’ au début du cours. C’était tellement simple et évident, comme les chandelles qui lévitent dans la grande salle, que personne n’y faisait attention. Les Runes étaient partout là où les sorts devaient rester permanent. Les sceaux, les scellés. Beaucoup d’enchantements puissants qu’on sait aujourd’hui remplacer à l’aide de notre baguette, mais qui, sans les ‘Mots’, ne subsiste pas après notre mort.

« Et je vous interdis d’essayer toute seule. Il en va de votre survie. »

Il ne donne pas l’impression de déconner. Son regard aurait tué Absynthe si les yeux humains pouvaient avoir un tel pouvoir. Abel aurait pu être le Basilic. Parce que cet avertissement là, ça n’avait rien à voir avec la réussite ou l’échec d’un examen. Cet interdit-là, c’était une question de vie ou de mort. Les Glyphes, les Sigil, les écritures germaniques, la moindre erreur dans le signe, la moindre erreur de prononciation, vous tout partait de travers. Ce n’est pas pour rien que les Runes codent les grimoires de magie noire. Pour les utiliser, il faut être un initié. Si l’on n’est pas assez patient, la magie a raison de nous. Parce qu’elle ne nous appartient pas. Parce qu’elle est bien plus forte que nous. Parce qu’elle n’a pas d’orgueil ; juste sa puissance. C’est pourquoi il faut un maître. C’est pourquoi il faut attendre. Longtemps. Combien même ça nous met hors de nous d’attendre. Parce que cette magie-là ne nous est pas due.

« Je me suis bien fait comprendre, Absynthe ? Jamais sans moi. »

Il se retourne. Elle va passer la pire semaine de sa vie. Mais si c’est de ça dont elle a besoin pour avancer, il est très heureux de lui donner un coup de pied au cul, aussi attirant qu’elle pense qu’il puisse être.

« À la semaine prochaine Black. »

Il n’a pas besoin de répondre à toutes ses insultes. Il n’a pas besoin de lui dire qu’il n’est pas gay. Il n’a pas besoin de lui prouver quoique ce soit. Elle a tout à lui prouver. Et si elle n’y parvient pas, il ne lui apprendra rien. On ne grave pas un mur de glaise, ni un tronc d’arbre moisi. Pas vrai Confucius ?

___________
Tu m'a fais mentir à Rhéa !
Du coup je me mets à son poste :p Libre à Absynthe de tenter de désobéir à Abel, elle fera certainement péter la bibliothèque. Je pense demander à Sixtine si on peut se faire un cours en comité réduit, qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]   

Revenir en haut Aller en bas
 

T'en as pas marre de faire semblant ? [Absythe][Fin du cours de Rune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je ne peux plus faire semblant, désolée
» Entre feuilles et amitié [PV. Aliénore]
» nina campbell (∞) dans la vie, on a toujours le choix : aimer ou détester, assumer ou s'enfuir, Avouer ou mentir, être soi-même ou faire semblant
» THELMA ‒ Alors elle va danser, faire semblant d'exister.
» TRACY ♥ Faire semblant, c'est mentir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: RPs-