Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité


MessageSujet: Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]   Mer 24 Juin - 8:36

On ne pouvait espérer une plus belle journée ! Je fus réveillé par les premiers rayons de soleil qui traversant les tentures du dortoir venaient frapper sur mon visage. J’aimais lorsqu’il faisait beau et lorsque je sortis de ma chambre une fois ma robe de sorcier enfilée je fus ravi de voir qu’il n’y avait aucun nuage à l’horizon et que l’été semblait enfin avoir pointé le bout de son nez.
Aujourd’hui était une journée des plus rébarbatives puisque je savais pertinemment que je n’avais aucune possibilité de voler puisque les autres équipes s’entrainaient. J’avais donc pour seul objectif de sillonner les couloirs afin d’attendre mes cours d’options et profiter de ce soleil radieux pendant le peu de temps libre que je pouvais avoir. En prenant sport magique j’aurais pu penser avoir peu de cours et voler énormément mais en réalité ce n’était pas le cas. Je passais plus de temps au fond d’une salle de classe sombre à parler théorie que sur un balai.
Je pris donc la direction de la grande salle, beaucoup de personne était déjà installée à la table de ma maison. Pour tout vous dire, je ne suis pas adepte des grandes tablées où l’on doit parler à tout le monde et faire semblant qu’on s’intéresse aux problèmes des autres. Je pris donc rapidement un fruit et du pain avant de sortir au pas de course de cette salle et même du château. Contrairement au brouhaha de l’école, le parc lui, était calme et ne semblait pas encore réveillé. La rosée du matin recouvrait les pelouses et les bancs, cela lui donné un côté encore plus mystérieux qu’à l’accoutumée.
Je pris place au pied d’un grand chêne, de cet endroit je ne pouvais voir l’entrée du château, mais j’avais une vue d’ensemble sur ce parc qui avait vu défiler des générations et des générations de sorcier. Finalement cet endroit avait sans doute plus de choses intéressantes à raconter que les élèves de ma maison. Si les arbres avaient pu me parler je suis certain qu’ils auraient pu m’en apprendre plus sur l’histoire de la magie que l’ensemble des manuel présent dans la bibliothèque de ce château.
Je croquai donc dans ma pomme tout en fixant au loin le terrain de quidditch. Comme d’habitude, il ne fallait pas grand-chose pour que je me perde dans les dédales de mes pensées. Le problème c’est que cela peut durer longtemps. Je suis du genre à réfléchir beaucoup, trop peut être ? Une chose est certaine, je ne parle peut être pas beaucoup, mais quand je dis les choses croyez moi tout à été pensé des dizaines de fois...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


élève ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 197 devoirs depuis ma répartition, le : 21/06/2015


MessageSujet: Re: Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]   Mer 24 Juin - 20:45


Je m'étais réveillée en douceur en matin là, l'avantage de dormir dans les cachots du château c'est que l'environnement extérieur ne vient jamais vous contrarier pendant votre sommeil. C'est donc avec lenteur que je m'extirpais de mon lit, mes cours ne commençant exceptionnellement qu'en début d'après-midi, je pouvais vaguer aux occupations de mon choix... Et pour tout vous dire la liste était longue : réussir cette fichue potion de soins dentaires qui prenait une étrange couleur violacée sans que j'en ai encore découvert la raison, avancer sur mes recherches, écrire à mon paternel, consulter les nouvelles du jour... beaucoup trop de choses pour que j'ai le temps de toute faire en une matinée. C'est donc d'un pas rapide et déterminée que je me dirigeais vers la Grande Salle afin de prendre les forces nécessaires qui me permettraient de tenir de longues heures dans la bibliothèque.

La Grande Salle était déjà bien remplit à cette heure, mais j'ai pour habitude de ne pas me préoccuper du brouhaha qui y règne, tout comme les discussions puérils et futiles qui y émanent. Jetant un bref coup d'oeil à mes camarades Serpentard et leur accordant comme seul « bonjour » un hochement de tête, j'étais déjà la recherche des vitamines primordiales dont mon corps avait besoin pour bien démarrer la journée... certains ont besoin d'une tasse de café, moi c'est du jus de pomme, sans ça, impossible de se concentrer. Un croissant entre mes lèvres je m'apprêtais à me servir de ma potion magique à la pomme quand une robe de sorcier jaune que je connaissais trop bien passa devant moi... Levant les yeux je n'eu le temps que de voir Priam quitter la Salle une pomme dans la main... Ainsi Monsieur Peverell ne souhaitait pas s'accommoder de la présence de ses petits camarades de si bon matin.... Je ne le comprenais que trop bien et pourtant, n'hésitant pas une seconde de plus je remplis une fiole vide -théoriquement réservée à mes cours de potions- de jus de pomme et croissant toujours en bouche je partais à la chasse au Poufsouffle.Cela faisait un petit moment que nous ne nous étions pas retrouvés pour discuter. Je ne mettais pas longtemps à le trouver dehors... bien évidemment. Installé, près d'un grand chêne. Perdu dans ses pensées il ne sembla pas m'entendre approcher. Je restais quelques secondes immobile, avais-je le droit de le sortir de ses rêveries ? J'étais la première à détester qu'on vienne m'interrompe dans ses cas là. Je m'interdis alors de m'approchais, j'avais beau avoir envie de partager un moment avec mon ami, nous avons tous besoin de respirer de temps en temps... loin des murmures incessants du château et du poids de nos familles. Je m'apprêtais donc à tourner les talons, mais le tintement des fioles de potions au fond de mon sac semblèrent ramener à la raison Priam à quelques pas de moi.
Croisant le regard du jeune homme, je lui adressais déjà un petit sourire désolé... Désolée de ne pas être plus discrète, désolée de venir t'accommoder alors que tu sembles vouloir être seul, désolée de ne pas y avoir penser alors que tu semblais fuir la Grande Salle... Mais j'étais là et désormais impossible de faire machine arrière.

« Souhaites-tu que je te laisse ? J'ai bêtement pensé que ... »

Que quoi au juste ? J'en sais rien... Priam et moi nous sommes un peu pareil à ce niveau-là. Il m'arrive parfois de me sentir plus en sécurité seule qu'entourer des Serpentards dans la salle commune. Et pourtant la solitude à aussi quelque chose de terriblement oppressant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]   Ven 26 Juin - 8:54

Penser, c’était un peu devenu ce qui me prenait la majeure partie de mon temps. J’avais trop de choses qui se bousculaient dans mon esprit : mes histoires de cœur, ma famille et pour finir se conflit qui semblait se profiler à l’horizon et dont personne ne semblait oser parler. Il m’arrivait donc de plus en plus souvent de sortir du château et de m’assoir sous un chêne pour réfléchir. Pour ma chance l’été c’était installé apportant avec lui le soleil et les températures qui font de cette période de l’année un moment agréable à vivre.
Alors que j’étais en train de divaguer dans les méandres de mon esprit, j’entendis un bruit qui me fit brusquement retourner à la réalité. L’entrechoquement des fioles avait fait un bruit cristallin et délicat qui de ce fait ne m’avait pas fait sursauter. Après quelques secondes pour reprendre mes esprits, je croisai donc le regard de la personne qui se tenait debout face à moi.
Il s’agissait de Jules. Jules est sans doute la personne que je connais depuis le plus longtemps dans ce château. Nos pères travaillent ensemble et nous avons donc passé une partie de notre enfance ensemble. Plus qu’une amie, elle est comme la grande sœur que je n’ai pas eu. Je décrochai donc un sourire à cette jeune femme qui ne me connaissait que trop bien. Elle me demanda de suite si je souhaitais rester seul. Elle ne termina pas sa phrase mais je compris bien qu’elle avait pensé que la présence d’une personne de confiance ne me déplairait pas.
Avec un large sourire et après avoir décalé délicatement de mon tronc pour lui faire une place je lui répondis calmement :
Disons que j’avais prévu de passer un peu de temps seul, mais ta présence n’ai pas gênante le moindre du monde ! Je t’en prie assis toi !
Après que ma comparse de toujours est prit place à mes côtés, je ne pus retenir un large sourire. Nous n’étions plus ces deux enfants qui aimait passer du temps ensemble. Nous étions désormais deux adultes en formation prêt à prendre les places qui leurs reviennent de droit. Je fixais donc la jeune femme dans les yeux avant de lui dire :
En fait je ne voulais pas voir les autres élèves de l’école, mais toi c’est différents...
Oui les autres allait encore le questionner sur des choses et j’allais me sentir obligé de répondre, tandis qu’avec Jules c’était bien plus simple. Je n’avais rien à lui caché et si une question me mettait mal à l’aise, elle allait se rendre compte directement ! Mais assez parlé de moi, je croquai une fois dans ma pomme puis une fois le morceau avalé, j’ajoutai donc :
Comment vas-tu depuis tout ce temps ? Nous sommes dans la même école et nous nous voyons moi souvent que quand nous étions enfant !
C’est un comble tout de même ! Quand je vous dis que cette école n’est pas adapté et qu’il faut la reformer, il serait temps de faire quelque chose pour que chacun puisse se sentir chez lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


élève ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 197 devoirs depuis ma répartition, le : 21/06/2015


MessageSujet: Re: Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]   Dim 28 Juin - 22:26

.

« Disons que j'avais prévu de passer un peu de temps seul, mais ta présence n'ai pas gênante le moindre du monde ! Je t'en prie assis toi!»

Mes yeux bleus se plongent dans ceux de mon ami d'enfance, bien sûr que je le dérange, mais il ne me rejette pas, d'un côté je ne rejetterai jamais Priam même si mon besoin de solitude est le plus fort , j'en serais incapable. Nous avons quasiment grandis ensemble et une ridicule petite année nous sépare... J'aurais aimé avoir ce genre de relation avec l'un de mes frères, mais aucun des deux n'eurent la chance de voir le jour. Ce n'est un secret pour personne, mes parents avaient déjà eu tellement de mal pour m'avoir, alors les fausses couches consécutives de ma mère à l'époque n'avait étonné personne.
Le sourire du Poufsouffle  me redonne confiance et je chasse de mon esprit les mauvais souvenirs de mon enfance, pour ne voir que ceux où nous courions dans les jardins respectifs de nos demeures. A cette époque là tout était plus facile, désormais nous vivions dans l'inconnue : Quelles conséquences vont avoir les décisions du Lord sur nos vies ? Que nous réserves nos mariages respectifs…Toutes ces incertitudes m'agacent, je n'aime pas, je déteste ça...être impuissante et devoir faire en fonctions des agissements des autres et m'adapter à des choix auxquels je n'en ai rien à dire... Parfois je donnerais cher pour retourner gambader pieds nus sur l'herbe douce du manoir familiale à essayer de rattraper le jeune homme. Il a toujours été le plus sportif de nous deux, je perdais souvent et la fille unique et capricieuse que j'étais, finissait souvent par partir, vexée de le savoir meilleur que moi. Je n'ai clairement pas été tendre avec le jeune homme et pourtant des années plus tard nous étions toujours aussi proches, à croire qu'il en oublie mes plus gros défauts.
M'installant près de lui, je l'écoute poursuivre.

« En fait je ne voulais pas voir les autres élèves de l’école, mais toi c’est différents…»

Je soupire et je comprends... Poudlard m'oppresse, ce lieu qui fût pendant si longtemps mon coin de liberté me semble maintenant n'être que ma tour d'ivoire avant la prison, quand je sortirais du château, je serais mariée, livrée à la pression familiale qui m'obligera à ne pas poursuivre mes recherches, mais à enfanter un héritier le plus rapidement possible pour ensuite devenir la parfaite petite femme de maison. Et c'est ce que je ferais, parce que c'est ce que l'on attend de moi... Cela me semble tellement proche, beaucoup trop proche..

« Oublies les ils ne comprennent rien. »

Plus facile à dire qu'à faire, il m'a fallu plusieurs années pour en être capable.  Et pourtant beaucoup d'étudiants m'exaspèrent, mais cela fait bien longtemps que mon esprit les a tout simplement éjectés. Tous les jours, je me noies dans une foule d'élèves qui n'existe pas, je ne perçois qu'un ou deux visages dignes d'intérêts et ce manège continue jusqu'à ce que je rentre à la Salle Commune. Les brouhahas de la salle commune, des couloirs ou de la Grande Salle n'ont pas leur place dans mon monde, il n'y a que silence et apaisement, que silence et réflexions, que silence et questionnement.

« Comment vas-tu depuis tout ce temps ? Nous sommes dans la même école et nous nous voyons moins souvent que quand nous étions enfant !»

Je souris à ces paroles, il est vrai que nous ne nous croisons pas souvent entre ses entraînements et mes potions de soins des plus étranges à concocter pour mes cours, nous n'avons pas beaucoup de temps libre.

« Te dire que tout va bien ne serait qu'un mensonge... j'ai juste hâte de rentrer à Londres et de me perdre dans les rues voisines du Chemin de Traverse, histoire d'oublier ce qui se prépare.»

Mon regard se perd dans les recoins du parc et j'observe des élèves au loin se rentrent dans les serres. Pourtant quand je me retourne vers Priam je lui adresse un sourire apaisé, l'avenir me fait certes peur, mais l'instant présent est des plus serein alors je dois profiter de ça, de ces petits moments anodins et simples, car ils sont précieux.  

« Et toi, tout ce passe bien ? Je ne vois pas ton balais, lui ferais-tu des infidélités ?»

Un futur professionnel de Quiddicht sans balais, c'est comme un sorcier sans baguette, je me doute qu'il ne le transporte pas sur lui tout le temps, mais il est rare que nous nous croisions sans qu'il soit en tenue et prêt à aller fendre le vent. Et puis l'envie de le taquiner était trop forte, j'aurais pu aborder le sujet Absynthe, mais il est beaucoup trop personnel pour que je me lance sur ce terrain, Priam sait qu'il peut m'en parler s'il le souhait, mais je ne le ferais jamais de moi-même, je sais à quel point c'est compliqué. Alors, en attendant sa réponse je sors de ma besace le précieux jus de pomme dans ma fiole de potion, j'en propose à Priam d'un signe de tête et voyant son regard suspect, j'explose de rire :

« Priam si j'avais voulu t'empoisonner, ça ferait bien longtemps que tu ne serais plus de ce monde.»


Je retire le bouchon et la douce odeur du nectar de pomme envahit notre espace. Non, Priam quoi qu'il arrive je serais incapable de te faire souffrir, même si nous savons tous les deux que de lourds choix approchent et que mon père est un des plus fidèles bras droit du Lord. Je ne trahirais pas ma famille et tu es ma famille bien que nous ne soyons pas liés par le sang. Tu resteras toujours mon petit frère de cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche. [Jules]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SAVANNAH ✖ Les amis partagent leurs secrets. C’est ce qui nous rapproche.
» Amitié : L'art de venger ses amis à leurs place. [ PV ]
» Une honte pour tous les haitiens
» [ROSA] Les talents des Amis Secrets
» Nos vos leurs s'accusent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: RPs-