Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

professeur d'occlumencie ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 53 devoirs depuis ma répartition, le : 22/06/2015


MessageSujet: You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood   Ven 24 Juil - 17:56

Treize ans. C’était le nombre d’années qui séparaient sa naissance de celle de sa cousine. Alors qu’il allait rencontrer la jeune femme pour la première fois, il méditait sur cette notion. Treize ans. Ils étaient séparés par le temps, mais aussi par les conventions sociales - on ne mélange pas enfant et adulte. Treize ans, au sein d’une même famille, cela pouvait également équivaloir à treize million de kilomètres. D'un océan à un autre, une toute autre planète. Bien sûr, ce premier cours n’allait pas être une véritable première rencontre. Son nom ne lui était pas inconnu et s’il fouillait suffisamment loin dans sa mémoire, il se rappelait l’avoir vu enfant, de très loin – et peu souvent. Aussi, il considérait ce moment comme un véritable premier contact avec ce membre de la famille. Chez les Darkwood, ils étaient les deux seuls sorciers de l’arbre généalogique. Lorsque sa mère lui avait appris que sa chère cousine maternelle était comme lui, il avait éprouvé un certain trouble. Un peu de mécontentement, d’agacement et de jalousie? Après tout, il souhaitait devenir le plus grand sorcier de son temps, et s’il venait d’une famille de moldus et, qui plus est, en était le seul sorcier – n’étais-ce pas spectaculaire? Elle venait tout gâcher. Ce sentiment ne perdura pas. Il fut bien vite remplacé par une totale indifférence.

Sur sa chaise, derrière le bureau, il attendait patiemment qu’elle arrive. Elle n’était pas en retard, c’était lui qui était toujours en avance. Toujours avoir de l’avance, que ce soit dans le temps ou face à un ennemi potentiel. La première leçon, ainsi que son code de conduite dans la vie. On ne peut se permettre aucune faiblesse. C'était un enseignement précieux de son propre professeur d'Occlumencie. Professeur qu'il remplaçait maintenant dans ses froids cachots. Du temps de ses études à Poudlard, Florian s'était fait la réflexion que l'emplacement du cours était plutôt cliché. Après avoir suivi les enseignements, il avait compris les raisons sous-jacentes. Raisons que sa chère cousine ne mettraient pas longtemps à comprendre elle-même. La douleur cuisante de certains souvenirs, les cris...  

Il avait été assez surpris d'apprendre que sa cousine souhaitait suivre des cours d’Occlumencie. Un léger doute s’était immiscé dans son esprit. Est-ce ses absences étaient génétiques? Il avait bien consulté les archives médicales de son côté de la famille et rien ne laissait présager que son mal puisse l’être. En fait, il semblait avoir une génétique parfaite – presque aucune maladie congénitale, cancéreuse ou mentale ne menaçait de l’engloutir. Malgré tout, il ne pourrait dissiper ce doute qu’en fouillant dans ses souvenirs, sa mémoire, ses secrets! Il avait fini par le comprendre, personne ne souhaitait devenir Occlumens sans une bonne raison. Une raison que l’on souhaitait enfermer à double tour. Qu’avait-elle à cacher? Ce même questionnement l’avait motivé à répondre positivement à sa requête : des cours pendant les vacances d’été. Quelqu'un qui ne pouvait pas attendre le retour des classes cet automne? Cela promettait d'être intéressant. Comment refuser?

Il n’alla pas plus loin dans ses spéculations.
On frappait à la porte.

« Entrez! »  


All monsters are humans


Fiche | A pact with the devil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood   Mer 29 Juil - 8:14

Les couloirs de l’école étaient noirs de monde. Noirs d’élèves en colère de rester coincés entre les grilles de Poudlard alors qu’ils pourraient voyager ou simplement retrouver leur famille. La règle s’appliquait aussi aux élèves majeurs. Cela reflétait bien la gravité de la situation. Mais Poudlard ne grouillait-elle pas déjà de mangemorts en herbe ? Surtout l’école était le foyer de deux monstres, bêtes féroces habitant cauchemars et songes plus communs. Celles qui hantent les comptes pour enfant que vos parents sorciers vous ont sûrement lus enfants. Et maintenant ? Comment te sens-tu à la pensée qu’un vampire te morde jusqu’à te vider de ton sang ? Ou pire, imagines-tu un loup garou planter ses crocs dans ta chair succulente ? Tendre à souhait, pile comme je l’aime. Comme mon horreur l’adore. Te dévisager pour te sublimer, te rendre moins creux, moins insignifiant, babydoll des sangs purs, à te masturber sur ta divine beauté, tu pourrais être tellement plus que ça entre mes crocs. Défiguré sur l’autel de la souffrance, démasqué à boire ton sang bien trop impur. Regarde moi, moi et mes manches longues, cachant une marque bien trop ancrée, bien trop rouge encore. Je fais toujours l’amour dans le noir tu sais ? Pour que jamais tu ne vois la marque de ces crocs déchirer ma chair. Cacher la vérité toujours pour mieux avancer, survivre. Mais à vous, à toi ? Qu’en est-il ? Mon cher cousin. Toujours parfaitement hautain, parfaitement parfait, parfaitement toi. Toi qui ne m’a jamais adressée un mot ou même un sourire alors que tu es l’admirable sympathie pour tous les autres. Pourquoi m’avoir ignorée toutes ces années, alors que tant nous rapprochait. Deux sorciers dans cette petite famille moldue, mais quel était ce prodige ? Toi. Toi, uniquement toi, professeur d’occlumencie à seulement 32 ans. Félicitations, votre cousine est devenue un loup dangereux en prime, cadeau. Pour toi, à cause de toi, je souffre à chaque instant de ma nature. Pion infâme sur l’échiquier de l’ambition, toujours tourné vers l’avenir, jamais vers moi. Je n’ai toujours vu que ton dos Florian Darkwood. Aujourd’hui, je te confronterai à ma face, à mon vrai visage. Parce que ça me fait gerber de l’avouer après ces années d’indifférence mais j’ai besoin de toi. Besoin de me livrer à toi pour me protéger de tous les autres. Ouvrir mon esprit pour mieux le protéger. Tout en espérant que tu es aussi droit que l’on peut l’espérer d’un membre de l’équipe professorale de Poudlard. Si seulement…

Me voilà devant ta porte que déjà raisonne ton invitation à pénétrer l’antre du loup. Ou serait-ce moi la louve de l’histoire ? Je regrette déjà ma demande. J’ai envie de courir dans le sens opposé plutôt que d’ouvrir mon esprit à un parfait inconnu. De ma famille qui plus est. Secret, mensonge et famille préservée. Je ne suis faite que de ça, Ella a disparu pour laisser place à cette gardienne impassible et implacable. Dis moi en combien de temps tes pouvoirs fissureront mon masque ? Une, deux, trois ou quinze minutes ? Malgré tout, je caresse l’infime espoir que mon secret restera intact à tes assauts. Comment faire autrement alors qu’il me définit totalement désormais. Tu fais pitié ma grande. Tu t’es perdue dans la violence de ton sang bouillonnant contre tes tempes. Il le faut, il n’est pas le seul legilimens de l’Angleterre et encore du monde. Il le faut.

« Bonjour Professeur Darkwood. » Solennelle, j’entre dans le bureau bien éclairé, les barrières de mon maigre esprit déjà placées, me remémorant les bases d’occlumencie apprises au cours de mon premier cycle d’études de sorcellerie. Je n’étais pas si mauvaise. Ce ne sera pas suffisant pour me protéger je le sais. Pas si mauvaise avant d’abandonner au profit des cachoteries. « Je peux sûrement t’appeler Florian, non ? Après tout. » Les barrières tombent déjà. Pour me rassurer peut être. J’ai peur, peur de ta réaction, peur de tes découvertes, que tu ailles trop loin. Mais il est trop tard pour fuir, il est enfin temps de faire face. Et de me forger un nouveau pouvoir. Je te souris. Je ne te connais pas et ne demande pas à te découvrir. Juste que tu effleures chaque parcelle de mon être pour rendre les pétales fleurs d’acier : impénétrables. « Commençons je vous prie. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

professeur d'occlumencie ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 53 devoirs depuis ma répartition, le : 22/06/2015


MessageSujet: Re: You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood   Dim 9 Aoû - 21:10

La petite fille avait bien grandi. Ella Darkwood n'était plus l'enfant d'autrefois, c'était maintenant une belle jeune femme en voie d'accomplissement. Il reconnut sa cousine, son visage enfantin refaisant soudain surface dans sa mémoire. « Bonjour Professeur Darkwood. » Son regard cessa de s'attarder sur son visage et les courbes nouvelles qui se sont définis dans les dernières années. Il y a quelque chose dans la tonalité de sa voix qui lui confirme ses doutes. Elle n'est pas ici pour plaisanter. C'est du sérieux... et c'est intriguant. « Je peux sûrement t'appeler Florian, non? Après tout. » Il lui rend son sourire, comme il avait si bien appris à le faire. Lorsqu'il rencontre de nouvelles personnes, il calque son comportement à celui de son interlocuteur. Il parait, selon des études en psychologie moldue, que de ressembler à l'autre permet à ce dernier de vous voir de façon plus favorable. À ce qu'il en avait compris, si l'autre sourit, il faut sourire. S'il a un petit tic nerveux, on peut le reproduire de façon subtile, ainsi la personne face à soi ressent une certaine familiarité envers vous. Et, après toutes ces années, il avait compris que cette théorie n'en était pas uniquement une. Du moins, les esprits les plus simples tombaient dans le piège à tout coup. Certaines personnes aguerries et naturellement suspicieuses, cependant, ne voyaient pas son mimétisme d'un bon oeil. Il lui fallait alors être plus prudent.

« Vous pouvez m'appeler Florian, bien sûr. Après tout. Cependant, en tant que membre de l'équipe professorale, je me dois de continuer à vous appeler Mlle. Darkwood. »

« Commençons, je vous prie. »

Il était heureux de savoir que sa cousine connaissait les bonnes manières. Même si elle souhaitait l'appeler par son prénom, elle n'en oubliait pas de le vouvoyer. Combien d'étudiants étaient entrés en ces lieux avec beaucoup trop d'aise. Les pires, à son avis, étaient ceux qui mélangeaient à la fois vouvoiement et tutoiement, comme si un moment il vous respectait, et l'autre plus.  Bien sûr, l'utilisation de son prénom amenait le tutoiement, c'était donc un peu particulier... mais la situation en soi n'était-elle pas particulière? Outre les marques de politesse, il ne manqua pas de remarquer son empressement. Et, de ce fait, le nota ouvertement.

« Vous me semblez bien pressée d'apprendre, Mlle. Darkwood. »

Les Serdaigle étaient reconnus pour leur soif de connaissances, mais il ne s'agissait pas ici d'un cours de Sortilèges avancé. L'Occlumencie était une discipline magique intéressante, voire passionnante, mais il était rare que l'intérêt des membres de cette maison dépasse la théorie. D'un geste lent de la main, il présenta la chaise où elle devait s'asseoir pour la leçon. La chaise qui accompagnerait surement quelques cauchemars au bout de quelques cours. La chaise qui serait associée aux mauvais souvenirs et à la frustration de ne pouvoir retenir leur flux. Du tant de ses études, il détestait cette chaise. Sa haine existait encore après tout ce temps. Tout en bois de chêne, merveilleusement sculpté, vernis mat.

« Je crois nous faire à tous les deux une grande faveur en vous évitant le cours d'introduction que je réserve normalement à mes étudiants. Je ferai donc dans les grandes lignes. Il existe plusieurs sorciers de par le monde qui sont ce que l'on appelle des Legilimens. Chaque infime petite partie de votre esprit leur est accessible d'un petit coup de baguette. Vos souvenirs, vos désirs, vos petits... secrets. Tout cela leur est accessible, à moins, bien sûr, de savoir se défendre contre ses attaques. L'Occlumencie - la défense parfaite. Toutes tentatives de pénétration ou influence extérieure peuvent être bloquées. Dans sa pratique la plus élémentaire - et c'est ce que je vous enseignerai - vous apprendrez à me bloquer, à m'empêcher d'accéder à vos souvenirs. J'en viens donc à ma toute première leçon : soyez toujours prête. Videz votre esprit de tous souvenirs, tous sentiments, toutes émotions. Devenez un bloc de glace, un roc. Rien ne doit transparaitre. En tous temps. S'il y a bien une chose que je ne peux souligner davantage, c'est cela. Soyez toujours aux aguets. Tout comme mon prédécesseur, j'adore prendre mes étudiants par surprise. »

Pendant son petit discours, il avait arpenté la pièce, fait tournoyer sa baguette entre ses doits, et pas une seule fois son regard n'avait croisé celui de la jeune fille. Ses yeux bleus, étincelants de malice, ne tombèrent sur elle qu'une fois le discours fini. La voix basse, calme et posé, cachant la fébrilité qui lui rongeait les trippes, il lui souffla : « Videz votre esprit. Êtes-vous prête? » Et avant de lui laisser le temps de se préparer, de prendre une inspiration ou de répondre, il lança son sort.

Legilimens!


All monsters are humans


Fiche | A pact with the devil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're only as sick as your secrets - ft. Ella Darkwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Sick as my secrets but never gonna tell » [Jack & Lola]
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: RPs-