Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 La musique crève le ciel. [Lou♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


attrapeuse de l'équipe de quidditch de Gryffondor ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 37 devoirs depuis ma répartition, le : 30/01/2016


MessageSujet: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Sam 20 Fév - 13:12



La musique crève le ciel

Avec Lou

Spoiler:
 
 
Elle laissait danser ses doigts, les faisant voler de touche en touche avec une dextérité presque surnaturelle. La rouge et or ne pensait plus à rien, se laissant mener par ce besoin de jouer, d'arriver à créer en appuyant sur des touches blanches et noires dans un ordre bien précis une mélodie, dans laquelle elle mettrait tout son coeur, sa rage aussi bien que ses espoirs. Certains pour se défouler tapait contre des murs, d'autres dansaient, d'autres faisaient la fête jusqu'à pas d'heure ; elle se contenait de l'adrénaline du Quidditch et de la magie de la musique.

  Maxwell aimait ces heures volées entre la fin des cours et l'heure du dîner, durant lesquelles elle délaissaient amis et camarades pour s'isoler dans une salle de musique du cinquième étage. Ce soir-là, elle jouait s'attaquait à la sonate pour piano numéro 16 de Mozart, morceau qui lui était cher car elle c'était un des derniers que sa mère lui avait enseigné. Et pendant des années, la jeune femme avait été incapable de le rejouer, car il lui rappelait sa mère. Et aujourd'hui, elle le jouait, justement parce qu'il lui rappelait sa mère. Elle avait enfin fait son deuil, et jouer ce morceau ne lui rappelait désormais que de bon moments. Sa mère, autrefois musicienne très réputée avant de succomber à une tumeur, avait eu le temps de transmettre à ses deux enfants l'amour de la musique et avait apprit le piano et le violon à Maxwell, et même si petite elle avait souvent cassé les oreilles de toute la maisonnée (surtout avec le violon), elle s'était améliorée au fil des années et était désormais, disons-le franchement, très douée. Peut-être l'une des meilleures de l'école, d'où ses études de musique.

 Au moment d'attaquer le troisième mouvement, Max se mit à pleurer d'émotion, mais ne s'arrêta pas de jouer pour autant. Elle ne voulait pas interrompre la mélodie, interrompre la transe. Etant dos à la porte et concentrée sur sa partition, la jeune femme ne se rendit pas compte que quelqu'un était entré, et continua à jouer.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


préfet ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 44 devoirs depuis ma répartition, le : 17/02/2016


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Sam 20 Fév - 17:47

Lou avait toujours aimé la musique, peu importe l’instrument. Sa sœur lui avait souvent fait écouter divers disques afin de développer son oreille musicale et sa critique personnelle. Avec le temps, c’était devenu une nécessité de savoir créer de telles vibrations. Il avait alors appris, entre autre le piano. L’apprentissage lui était venu comme un don naturel. Ses doigts avaient toujours filés sur les touches comme le vent entre les branches. C’était une évidence telle que c’en était ennuyant. Tout était trop simple. Lou n’avait même pas eu besoin de travailler avec ardeur. La plupart des morceaux ne prenaient que quelques jours avant d’être réalisés à la perfection. Tout était bien trop facile quand on s’appelait Ludvig, soyons clair. Vivre sa vie rappelait vaguement l’idée de jouer à un jeu-vidéo en mode tutoriel et se vanter de tout réussir du premier coup alors qu’on est niveau quatre-vingt. Le Serdaigle était né niveau quatre-vingt.

Après une journée chargée de cours, Lou avait décidé de se reposer quelques instants. Il avait réussi, comme à son habitude, avec brio tout ce qui lui avait été proposé. Il avait récolté le plus de bonnes réponses possibles et avait même réussi à humilier quelques ignares qui se pensaient doter de cerveau. Ce ne fut pas sans grand plaisir qu’après de telles prouesses il décida de se balader dans les corridors de Poudlard. Il se perdit dans ses pensées, comme conduit par une force inconnue qui l’attirait dans les entrailles de l’école. Se laissant guider sans rébellion, le jeune aiglon pensa à sa sœur et à sa famille. Dans sa vie, ils représentaient les seuls piliers stables de son existence. Les autres sorciers et moldus de cette terre n’étaient que des pions dans le jeu de la vie, juste présent pour être utilisés ou pour l’utiliser. C’est ce qu’il se disait, évidemment. Mais sa baguette en pommier, représentant son bon fond naturel ne cessait de lui rappeler à quel point son masque était faible.

Au bout d’un moment, Lou s’extirpa de ses pensées quand il remarqua que son corps ne suivait pas juste un chemin aléatoire ou machinal. Non, des notes de musique s’immisçaient dans sa tête et l’invitaient à le rejoindre dans leur danse. Inconsciemment, il avait rejoint une salle où un énorme piano était central. Les yeux fermés, Lou se laissa bercer par la beauté de ce morceau. Jamais il n’en avait entendu une aussi belle représentation, et pourtant il en connaissait chaque note parfaitement. Lou pouvait exécuter ce morceau des millions de fois et pourtant, jamais il n’aurait pu en faire ressortir autant d’émotions. Une certaine irritation l’extirpa de ses pensées. Comment quelqu’un pouvait se permettre de jouer mieux que lui ? C’était tout bonnement impensable. Furtivement, il se déplaça pour voir le visage de cet imposteur. Quelle ne fut pas sa surprise de voir une jeune fille des plus banales, complètement normale et qui portait les couleurs de Gryffondor – qui sur terre peut être doué en étant dans la maison des impulsifs ?

De voir cette blondinette aux couleurs dorées jouer avec autant de passion lui fit tirer une grimace. Puis il remarqua les larmes et il comprit : il ne pouvait pas faire ressortir autant d’émotions car cette composition ne représentait rien de plus pour lui qu’un challenge facile à passer. Alors que pour cette fille, cette chanson devait valoir beaucoup plus. Quelque chose se passa en son for intérieur. Lou voulait être le meilleur en tout, et il ne parvenait pas à égaler cette donzelle pour la simple et bonne raison qu’il ne ressentait pas assez de chose ? C’en devenait carrément pathétique. Ne valait-il donc pas mieux qu’un moldu ? Qui régit ses émotions par ses passions ? Personne de censé. Lou se détestait mais il avait réellement envie d’être le meilleur. Et cette blonde lui bloquait le chemin. Un endoloris serait si vite arrivé … Si Lou n’avait pas eu une baguette en pommier. Quelle malédiction d’être naturellement gentil ! Il n’avait jamais demandé tant de haine.

Finalement, la Gryffondor ouvrit les yeux et croisa son regard. Un éclair de panique passa dans le regard de Lou qui avait oublié qu’il n’était qu’à quelques centimètres d’elle, entrain de la fixer, avec une moue boudeuse. Sur le coup, il ne sut quoi répondre et se contenta de sortir un mouchoir d’une de ses poches et de lui tendre.

« Tiens. »

Puis Lou se rappela qu’être trop gentil allait mener à sa perte. Il n’avait pas le temps de se faire des amis. Il avait juste le temps pour étudier, devenir le meilleur, réduire à néant tous les autres et se satisfaire de son succès flagrant. Toujours en tenant le mouchoir de soie tendue vers la donzelle, il rajouta :

« Moi aussi, j’aurai pu pleurer. Si tu étais douée. »

Lâcha-t-il sans ménagement, d’une voix monotone et froide. Peut-être y était-il allé trop fort. Néanmoins, il ne changea pas d’attitude pour autant. Quelque part en son for intérieur, il ressentit un pincement au cœur. Dire à cette fille qu’elle était nulle revenait à abandonner un chiot sur le bord de la route alors qu’il pleuvait. C’était stupide, lâche et inhumain. Et pourtant, Lou venait de le dire sans aucune retenue …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


attrapeuse de l'équipe de quidditch de Gryffondor ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 37 devoirs depuis ma répartition, le : 30/01/2016


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Sam 20 Fév - 19:00

La mère de Max était le genre de femme toujours joyeuse et positive, qui ensoleillait les journées de son mari et de ses enfants. Alice de son prénom, n'était pas une sorcière mais son sourire était plus efficace que tout les filtres d'amour réunis. Maxwell pouvait très bien se remémorer son sourire, et son odeur de vanille... Parce qu'elle craignait plus que tout d'oublier tout les moments qu'elles avaient passés ensembles, surtout depuis que, alors qu'elle était en sixième année, la jeune femme s'était aperçue qu'elle ne se rappelait plus de la voix de sa mère. C'avait été très dur pour elle, et elle s'était hâtée de ressortir les vieilles cassettes VHS de son enfance.

Soudain, l'impression d'être fixée la fit revenir à la réalité. Ouvrant les yeux et arrêtant de jouer, elle fut surprise de voir un Serdaigle à l'air prétentieux la regarder avec un air de jugement suprême. Il lui tendait un mouchoir, et ce fut seulement à ce moment que la rouge et or se rendit compte qu'elle avait beaucoup pleuré. Blessée dans sa fierté, elle prit le mouchoir sans dire un mot, tout en entendant le hautain jeune homme faire une remarque négative sur sa façon de jouer.

Piquée dans son orgueil, elle lui lança un regard glacial, se levant et faisant un pas vers lui. Il était plus grand qu'elle d'une bonne tête, d'un côté Max n'était particulièrement grande. Elle le toisa avec l'air le plus méprisant possible, avant de croiser les bras.

-Vas-y, à ton tour. Joue. On verra bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


préfet ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 44 devoirs depuis ma répartition, le : 17/02/2016


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Sam 20 Fév - 23:41

Lou se décida à regarder de plus près l’étrange énergumène qui se dessinait sous ses yeux. Elle avait des cheveux blonds qui semblaient vivre leur vie indépendamment du reste du corps, tels de fougueux vagabonds qui auraient gagné leur guerre d’indépendance. Ensuite, elle avait des yeux bouffis et rougis par les larmes – au moins ça avait le mérite d’être une juxtaposition de couleur qui allait de pair avec son écharpe aux couleurs des Gryffondors. Ses iris étaient bleus. Pas bleu comme la mer déchainée qui animent les plus belles passions amoureuses. Non, ils étaient bleus comme un ciel d’hiver : monotone, dénués de toute émotion et glacial. Rien de très rocambolesque et passionnant, me direz-vous. Le reste de son corps était sans la moindre importance ; et pour cause, en plus de frôler à peine le mètre trente en levant les bras, il était habillé par les couleurs des soi-disant téméraires. Autant vous dire qu’elle n’avait rien pour elle, cette petite.

Evidemment, Lou pensait à tout cela parce qu’il était animé par un sentiment qui lui était peu familier : la jalousie. Car il y avait bien une chose que cette inconnue avait et c’était du talent. Et ça, Lou ne l’appréciait guère. Plus qu’un simple talent, ses doigts semblaient avoir été bénis par une divinité quelconque. Bien trop amer pour l’accepter, Lou se complaisait davantage à la juger sur son physique plutôt qu’à lui chanter des louanges – ce qui n’était pas plus mal car le chant n’était pas franchement un de ses dons naturels. Si Lou n’avait pas été perdu dans ses pensées acerbes, peut-être aurait-il eu le réflexe de partir aussitôt, évitant ainsi toute interaction sociale de plus. Mais, trop aveuglé par les soi-disant défauts de la Gryffondor, il en oublia ses bonnes manières. Il se retrouva donc, comme il le méritait, avec le visage de la jeune fille à quelques centimètres du sien. Elle le toisait avec tellement de haine et de mépris que le jeune homme en fut presque offusqué. Pour peu, il aurait presque pu prendre un air outré, avec la bouche légèrement entre ouverte et la main devant. Cependant, il se contenta juste d’un rictus mauvais et moqueur. Ce qui ne fut pas non plus son meilleur choix de la soirée.

Vas-y, à ton tour. Joue. On verra bien. qu’elle lui dit après avoir croisé les bras sur sa poitrine. N’importe qui à ce moment donner ce serait excusé et aurait admis ses torts. Mais Lou n’était pas de cette trempe-là. Son orgueil fit piquer au vif. Peut-être avait-elle plus de passion dans ses doigts que lui, mais il ne lésinait en technique. Et elle allait vite être éblouie. Il la toisa de la tête aux pieds sans un mot, leva sourcil dubitatif et lui lança un regard des plus hautains avant de la contourner, en croisant les bras. Il s’assit en face des touches, fit craquer ses épaules et effleura du bout des doigts les touches. Cela faisait maintenant quelques semaines qu’il n’avait pas joué, il se sentait légèrement rouillé. Un silence se fit lourd dans cette pièce, lequel Lou n’osait briser même en respirant. Puis il ferma les yeux et se laissa transporter par la musique. Il avait fait le choix de reprendre du Litz – et pas n’importe laquelle, Grand Galop. Et il se laissa transporter.

Ses doigts avançaient tellement vite, et avec tant de précision, qu’ils auraient pu rendre jaloux n’importe quel homme essayant de satisfaire sa femme. Lou avait une parfaite maîtrise de l’instrument. Il vibre au rythme des notes et laissait la musique le transporter. Il pouvait sentir les ondes parcourir tout son corps à la mesure que la musique avançait. L’adrénaline avait complètement pris possession de son corps. Le challenge apporté par la Gryffondor avait eu raison de lui et pour la première fois il ressentit les frémissements de la passion l’emporter. Il avait l’impression de ne faire plus qu’un avec l’instrument, chose nouvelle. Ce dernier, avant, ne représentait qu’un savoir supplémentaire à sa liste. Mais à l’instant précis, Lou comprit ce qu’était que la vraie musique. La dernière fois qu’il eut ressenti ça se fut avec le violon et son ex-petite-amie. Mais là encore c’était différent, car cela ressemblait plus à des préliminaires amoureux plutôt qu’à un véritable challenge. Ici, à ce moment précis, Lou n’avait aucune envie d’avoir un quelconque contact avec la Gryffondor. Mais passons, ce n’est pas le sujet.

Lou clôtura son morceau de façon magistrale. Le silence devint à nouveau roi des lieux pendant quelques longues minutes. Puis le jeune homme se releva et fixa la blondinette avec un regard de défis. Pourrait-elle faire mieux ou se contenterait-elle de demander un autographe ? Il ne lui donnerait évidemment pas, et cela ne changerait rien à sa vie – son égo était déjà bien assez gonflé – mais l’idée était là. Il s’approcha d’elle, se pencha légèrement et effleura de ses lèvres son oreille :

« A toi, princesse. A moins que tu n’aies peur. »

Lui murmura-t-il. Puis se redressa, recula, et alla s’installer sur un tabouret un plus loin. Il resta droit comme un « i » et la fixa sans ménagement. A vrai dire, il ne saurait dire s’il l’avait provoqué pour voir si elle pouvait faire mieux que lui, pour voir son air dépité si elle ne pouvait pas, ou si tout simplement il espérait pouvoir de nouveau être transporté par son talent. Cette dernière option était, évidemment, impossible à formuler ne serait-ce que dans son esprit. La fierté, l’égo, tout ça. Comme pour inviter la Gryffondor à se lancer, il se racla la gorge et l’invita à s'asseoir face à l’instrument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


attrapeuse de l'équipe de quidditch de Gryffondor ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 37 devoirs depuis ma répartition, le : 30/01/2016


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Dim 21 Fév - 0:16

Après quelques instants passés à se toiser mutuellement, Mr Pete-Sec accepta le défi de la Gryffondor, et s'installa au piano. La blonde le regarda se concentrer, tandis qu'elle avait toujours les bras croisés, sur la défensive. Et il commença. Elle reconnu au bout de quelques mesures le morceau qu'il jouait : Grand Galop. Un morceau très rapide, très technique qui demandait des années de pratique et une grande concentration. Maxwell haussa les sourcils, impressionnée. C'est qu'il jouait bien, le bougre. Cependant, il manquait quelque chose à son interprétation, et Max mit quelques instants avant de trouver ce qui la dérangeait. C'était... robotique. Sans âme. Il ne donnait rien, n'exprimer rien, se contentant de reproduire note pour note et altération pour altération. En l'écoutant jouer, la blonde ne ressentait rien, elle qui ressentait d'ordinaire trop.

Elle se remémora une phrase que lui avait beaucoup répété sa mère lors de leur leçons de musique : "Max, la musique est la représentation de l'âme de celui qui la joue. Tu peux toujours en apprendre un peu sur quelqu'un rien qu'en l'écoutant jouer. . Le serdaigle qui lui faisait face avait le visage fermé, et il avait sûrement du affronter pas mal d'obstacles dans sa vie pour être devenu ainsi. C'était dommage d'ailleurs, car, soyons franc, il n'était pas moche. Il aurait même été carrément à tomber, sans cet air hautain et insupportable qui était perpétuellement collé sur son visage.

La musique s'arrêta d'un coup, et l'air fier qui s'affichait sur le visage du Serdaigle donna envie à Maxwell de le gifler - mais elle n'en fit rien, évidemment. Elle n'allait pas abîmer ses précieux doigts sur un pianiste amateur. Il s'approcha d'elle, la provoquant à moitié et lui donnant un surnom qui était loin de lui plaire. La jeune femme ne répondit rien cependant, se contentant de le regarder avec un air serein et une lueur de défi dans le regard.

Elle reprit place devant le piano, respira un grand coup, et se lança. Le Vol du Bourdon, un grand classique qui n'en restait pas moins extrêmement difficile, injouable pour qui n'avait pas un minimum de technique. Mais, comme je l'ai déjà dit deux posts avant (ouais je brise le quatrième mur maggle cc les lecteurs vous allez bien ? Maxime si tu lis ça va te raser), elle était douée. Elle effleura les premières touches... et c'était parti. Pas une fausse note. Pas un couac. Dans sa tête, elle était cet insecte, qui volait et qui essayait d'éviter obstacles et prédateurs. Rage de vivre, espoir, peur parfois. Et au bout d'environ trois minutes, elle avait fini. Elle s'étira longuement avant de se retourner vers le prétentieux sans âme, sans parvenir à cacher un sourire en coin.

-Si je suis la princesse, tu es le bouffon.


Elle quitta ensuite la pièce sans se retourner, n'ayant pas de temps à perdre avec des amateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


préfet ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 44 devoirs depuis ma répartition, le : 17/02/2016


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   Dim 21 Fév - 23:30

Evidemment, la Gryffondor fit le choix de jouer également un des morceaux les plus complexes existant : Le Vol du Bourdon. Après tout, il aurait été dommage que son choix se porte sur un quelconque autre morceau ; Lou aurait pu être déçu. Bien qu’il fût capable de ne montrer aucune expression de son visage, ce qui aurait pu trahir ses pensées, le jeune homme était exalté par le talent de la jeune femme. Il se délectait de chaque note qu’elle produisait, les vibrations musicales parcouraient son corps avec délice et remontaient le long de son échine dans une exquise caresse. Le jeune homme se surprit même à fermer les yeux pour en apprécier que davantage la jouissance procurée par cette mélodie. Cette fille était d’un doigté rare : Lou était subjugué. Il n’y avait rien d’autre dans cette salle que les touches du piano et les sonorités qui s’en dégageaient. La blondinette, de son talent, transportaient les âmes elles-mêmes dans le monde qu’elle créait. Et le Serdaigle ne pouvait nier la vérité flagrante qui le frappa au visage : il en était jaloux. Terriblement. Ça lui rongeait l’intérieur avec la même fougue que la Gryffondor utilisait sur l’instrument.

Finalement, Lou revint sur terre. La musique s’était arrêtée. La transe pouvait cesser. Le jeune homme se mordit l’intérieur de la joue. Il avait l’impression d’avoir goûté à un fruit interdit, d’avoir touché du bout des doigts un péché, et il avait tant apprécié se laisser embraser par ces sensations qu’il s’en voulait. Lui, Ludvig Gyllenhaal avait aimé la musique produit par une Gryffondor. Il s’était laissé transporter par celle-ci. Il s’en était délecté jusqu’à la dernière note. Quelle sorte de magie venait-elle d’opérer pour arriver à un tel résultat ? De nouveau, son masque d’impassibilité tomba. Elle venait de s’étirer et se tourna vers lui avec un sourire en coin. Elle le savait, elle le savait que trop bien qu’elle avait gagné. Et Lou ne pouvait même pas avoir la prétention de prétendre le contraire. Elle l’avait écrasé, pulvérisé, réduit à l’état de cendre pour mieux le balayer d’un revers de main. Sa fierté avait été retournée pour mieux être poignardée. Quelque chose en lui venait de nouveau de se briser. Il aurait beau avoir toute la technique du monde, il n’arrivait jamais à égaler la passion qui enveloppait la jeune femme. Et il la méprisait pour ça.

Finalement, elle parla. Une phrase toute simple. Une simple brise avec la tempête. Et pourtant, c’eut pour effet de complètement achever Lou. Si je suis une princesse, tu es le bouffon. C’était la goutte qui fit déborder le vase. Un rictus mauvais se dessina sur sa bouche, pendant quelque instant. Juste assez pour représenter tout le dégoût que lui inspirait cette personne – et il ne parlait pas de la blondinette cette fois, mais de lui-même. A quel point avait-il touché le fond pour se laisser ridiculiser par ce genre d’énergumène dépossédé de cerveau ? Elle ne devait même pas avoir un semblant de talent dans le reste de sa vie. Elle était sûrement de ce genre de personnes qui se prenaient les murs, car perdue dans ses pensées, ou le genre à louper une marche car trop distraite par sa stupidité. Lou bouillonnait de colère. Il se sentait tel le roseau face à la tempête : il restait évidement plus fort qu’elle, mais il ne pouvait s’empêcher de se courber à chaque fois. Il était si impuissant face à cette situation que le courroux qu’elle lui inspirait ne fit qu’augmenter. Evidemment, il n’allait pas lui mettre une baffe – il n’était pas de ce genre de demeuré qui s’abaissait à la force physique pour évacuer sa frustration.

Pour finir magistralement sa prestation, la Gryffondor tourna les talons et s’en alla. Lou se contenta de fixer sa silhouette qui s’éloignait dans l’obscurité. Peut-être aurait-il dû lui demander son nom … Ou peut-être non. Nommer sa Némésis ne la rendrait que plus humaine. Peut-être que s’il fermait les yeux assez fort, elle ne resterait qu’un songe toute sa vie. Oui, il pourrait juste se dire qu’il a imaginé cette rencontre à la suite d’un abus de fatigue. Après tout, quelqu’un de physiquement existant d’aussi doué ne pouvait pas décemment être. Il n’y avait pas assez de place pour deux divinités sur cette terre. Il était le seul et unique, pas la peine d’en rajouter une seconde. Oui, Lou partirait sur cette idée : elle n’existait pas ; rien de tout ça ne s'était passé. Et pourtant, pourtant Lou ne put s’empêcher de fixer l’embrasure de cette porte close par laquelle elle était partie. Il voyait encore son ombre s’y faire avaler sans aucune once d’hésitation. Un demi-sourire s’étira sur son visage et un rire étouffé s'échappa de ses lèvres. Peut-être que dans une autre vie, avec moins de fierté, lui et elle auraient pu devenir ami. Quelqu’un qui a le pouvoir de créer autant d’émotions juste en jouant avec ses doigts valait sûrement le coup. Mais ça, Lou ne l’accepterait pas. Car dans cet espace-temps précis, il ne pouvait ressentir que de l’amertume envers elle. Et ce qu’elle représentait : un challenge, un ouragan indomptable. Et Lou n’aimait que ce qui était prévisible et moins doué que lui. Se laisser berner dans l’illusion qu’il pouvait apprendre des autres n’était plus de son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La musique crève le ciel. [Lou♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La musique crève le ciel. [Lou♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» La musique au Moyen Âge
» musique amerindienne
» Musique médiévale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: Poudlard intérieur :: Cinquième étage-