Bienvenue sur Parselmouth !
Le forum a ouvert ses portes le 23/02/2015.
Les sang-pur inventés sont fermés pour le moment. Merci de privilégier les nés-moldus et les sang-mêlés.
Merci de privilégier les Poufsouffle et les Serdaigle.

Partagez | 
 

 Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
Invité


MessageSujet: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Mer 17 Juin - 14:54



❝Un petit déjeuner tranquille❞
Absynthe & Charlie
Six heures du matin ... Oui, je sais, c'est tôt, mais je suis une lève-tôt ! Pour quelle raison ? Parce qu'un corps comme ça, ça s'entretient ! J'enfile donc mon jogging, mon débardeur en lycra d'un rose fuchsia pétant ainsi que mes baskets, et me voilà en train de sortir du château, d'un pas rapide. Je commence alors mon petit footing à travers le parc, je rejoins le lac et j'en fais le tour, en petites foulées. J'aime ce moment où le jour se lève sur Poudlard, où tout est calme ... Il est difficile de résister à la fraicheur du vent sur le visage. Puis ne pas avoir à me frotter à quiconque, ni avoir à parler, cela fait du bien. Juste me retrouver avec moi-même, avant de démarrer une journée qui promet chaque jour d'être mouvementée.

Je rentre à Poudlard après un bon trois-quart d'heure et je monte rapidement dans mon dortoir afin de passer par la salle de bains. On quitte le jogging et on passe la robe de sorcière, tout en faisant un parfait maquillage qui met mon regard océan en valeur. Une fois prête, je descends enfin dans la grande salle afin de passer au deuxième meilleur moment de la journée: le petit-déjeuner. A poudlard, il faut avouer que ce dernier est un festin ! Il y a de tout ... Et mon choix se porte sur un bon bol de café, un verre de jus de citrouille et un croissant viennois.

Poudlard se lève aussi et je vois plusieurs élèves entrer. Je soupire longuement. J'aime ma tranquillité mais il est l'heure pour moi d'aborder mon sourire de reine et surtout, d'arrêter de trop réfléchir. Après tout, savoir ce que je ferai l'an prochain n'est pas si grave ... Mon regard s'arrête sur une née-moldue qui passe près de moi, sans me regarder, par peur sûrement que je m'en prenne à elle. Grand bien lui fasse ... Mais elle ne me connait pas assez. J'allonge ma jambe dans l'allée au moment-même où elle passe.

"Tu ne peux pas faire attention ? En plus de voler des pouvoirs, tu ne tiens pas sur tes jambes ? Quand je dis que vous ne servez à rien !"

Je me retourne et reprends mon déjeuner, saluant les autres serpentards.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
élève ⁂
avatar


élève ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 209 devoirs depuis ma répartition, le : 14/01/2015


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Dim 21 Juin - 18:43



Charlie & AbsyntheI've seen hell. You don't belong there. 

Nuit blanche. Une de plus, de moins, qu’est-ce que ça change au final ? Pas grand-chose, voilà cinq années que je m’y suis habituée. J’ai passé la nuit à réfléchir, à venir faire chier Dylan dans son lit. Elle a l’habitude, c’est elle qui a tendance à me réconforter après un cauchemar où je revois mon frère brulé vif devant moi, où j’entends les hurlements de l’agonie de mon père. J’ai fini par me lever tôt, c’est le week end pourtant, j’aurai facilement pu profiter de ma grasse matinée, mais ça ne fait rien. J’ai des choses à faire, ou pas d’ailleurs. Je file me faufiler jusqu’à la salle de bain de mon dortoir, profitant comme toujours d’être totalement seule pour me laver puis me changer. Je ne me déshabille jamais devant qui que ce soit, non, j’ai bien trop à cacher, cette cicatrice dans mon dos, rappel douloureux de mon passé, je n’accepte pas de la montrer. A personne. Enfin, il y a bien une personne qui l’a vu, évidemment. Maxence a connu mon corps durant notre relation, mais même si cette dernière s’est mal finie, il n’a jamais trahi mon secret. En réalité, je ne suis même pas sûre qu’il y ai porté attention. J’enfilais mon uniforme, ne prenant même pas la peine de passer ma robe, me contentant de la chemise et de la jupe. Je détestais ne pas pouvoir mettre ce que je souhaitais quand je le voulais, mais j’avais déjà une bonne liste de retenue, je préférais me mettre à jour sur ces dernières avant de reprendre mes conneries. Je nouais sans grande conviction ma cravate qui ne ressemblait à rien, plutôt satisfaite d’y mettre autant de mauvaise volonté.

Descendant les sept étages qui me séparaient de la grande salle, je traversais les rangs d’élève à la mine mal réveillée. Les professeurs ne sont pas encore là et la pièce n’est pas trop rempli. C’est parfait pour moi, je n’aime pas quand c’est surpeuplé. Je m’assoie à la table des jaunes, j’aime bien me mêler à eux, le matin, ils sont calmes, et j’ai la paix. J’entends quelques rires de la table des verts et me retourne pour observer une scène qui m’hérissa les poils. Je me lève aussitôt, rejoignant la Black qui martyrisait une pauvre née-moldue. Je l’aide à la relever, m’assurant qu’elle va bien et vois cette pauvre dernière s’en allant en pleurant, humiliée comme jamais. La colère m’envahit, je hais qu’on s’en prenne aux autres. J’attrape l’épaule d’Absynthe pour la forcer à se retourner et la prend par le col, lui enfonçant ma baguette sur l’aorte.

« Allez viens puisque tu veux un adversaire de ton rang. »

Je suis impulsive, à l’image des Gryffondor, mais si la née moldue ne veut pas défendre son honneur, alors je le ferai pour elle. Il est temps que le règne des sangs purs pro racisme se termine.

« Tu fais une fière préfète. T’es tellement pathétique que tu l’as fais pleurer. Et crois moi c’est sûrement pas parce que tu l’intimides non, je pense plutôt qu’elle se sent désolée pour toi, y’a pas d’espoir, t’es une sous merde sans honneur. »

©clever love.



Please lord, do not forgive me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Dim 21 Juin - 18:59



❝Un petit déjeuner tranquille❞
Absynthe & Charlie
Cela ne m'étonne même pas de voir l'autre débile de Lynch se mêler de cela. Pourquoi ? Parce que certaines personnes ne changeront jamais. Il y aura toujours des idiots pour défendre les faibles, et c'est pour cela qu'il y aura toujours des faibles. La petite traitre à son sang ne remarquait même pas qu'en faisant cela, elle décrédibilisait totalement la petite sang-de-bourbe qui s'était pris les pieds dans mes jambes. Et elle ne me connaissait pas. Je ne me défendais pas, restant ainsi, sachant pertinemment que si un professeur entrait, elle était dans la merde, tandis que moi, je passerai simplement pour la victime de cette folle. Mon regard rieur en disait long tandis qu'elle me plantait sa baguette dans l'aorte de mon cou.

"Et tu comptes faire quoi Lynch ? Sincèrement, tu décrédibilises totalement ta petite copine ... Regarde ... Tu crois qu'elle a besoin d'une wonderwoman parce qu'elle s'est prise les pieds dans les miens ? S'il y a quelqu'un de pathétique, c'est bien toi ... D'ailleurs fais attention, ton mascara a coulé ... Tu as encore pleuré ? Quand on est une traitre à son sang, on doit passer ses nuits à sangloter ... Pauvre petite bouffonne ..."

Je ne bouge pas ... Je ne résiste même pas, je n'en ai rien à faire. La violence ? Je n'en use pas devant tout le monde, pour la simple et bonne raison que je suis préfète-en-chef et que je me dois de montrer l'exemple. Par devant, bien évidemment ... Car par derrière, la Lynch sait ce qui l'attend. Je suis une fourbe et je suis capable de lui pourrir la vie. Quand mon regard se pose sur un des professeurs qui entre dans la pièce, j'élève la voix, jouant totalement la mijaurée.

" Professeur ! Mes salutations de si bon matin ... Pourriez-vous demander à cette chère Miss Lynch de cesser cette violence complètement déplacée ... Vous savez, je pense que pour certains, une psychologue scolaire ferait des miracles, même si pour des pauvres gamines mal élevées comme elle, le nombre de séances sera ... impossible à étaler sur 13 ans ... "

Le professeur pose alors un regard assez noir vers la petite Lynch, et le mien se plonge de nouveau dans le sien, un sourire vainqueur sur mes lèvres. Je me contrefiche d'avoir besoin d'un professeur ... Tout ce que je sais, c'est que je sais respecter les règles par devant. C'est tout l'avantage d'être intelligente ...


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
préfète ⁂
avatar


préfète ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 135 devoirs depuis ma répartition, le : 19/06/2015


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Lun 22 Juin - 20:54

Un petit-déjeuner tranquille
Absynthe & Charlie & Poppy

Arrivé de bon matin dans la grande salle, Poppy profitait du calme pour manger tranquillement son petit-déjeuner. Elle n'avait pas vraiment dormi cette nuit, hantée par les flammes dans son cauchemar qui venait souvent la réveiller en sursaut et en sueur. Cette nuit, lui pourrissait vraiment la vie. Elle avait déjà perdu des personnes importantes dans sa vie et elle n'avait pas envie qu'on lui rappelle chaque nuit. La blonde regardait tranquillement la salle se remplir de plus en plus. Quand la Serpentard tendit sa jambe pour faire tomber la né-moldue, Poppy ne réagit pas. C'était un peu le lot quotidien de Poudlard, les Serpentards, en général des sang-pur s'en prenant à de simple né-moldu. Elle n'aller pas intervenir pour si peu, sinon elle enlèverait des points à beaucoup de monde et elle n'était pas là pour cela. Elle avait envie de calme. Mais le calme fut rompu par sa fausse jumelle qui déboula sur Absynthe pour lui coller sa baguette sur la jugulaire. Poppy leva les yeux en l'air, son comportement, parfois, faisait honte à la Serdaigle. Elle n'avait qu'une envie lui dire d'arrêter ça tout de suite. Qu'elle va encore avoir des problèmes. La blonde repris du jus d'orange, tout en regardant la scène de sa table. Elle savait qu'elle pourrait intervenir à tous moment et essayer de stopper une dispute inutile ? "Et tu comptes faire quoi Lynch ? Sincèrement, tu décrédibilises totalement ta petite copine ... Regarde ... Tu crois qu'elle a besoin d'une wonderwoman parce qu'elle s'est prise les pieds dans les miens ? S'il y a quelqu'un de pathétique, c'est bien toi ... D'ailleurs fais attention, ton mascara a coulé ... Tu as encore pleuré ? Quand on est une traitre à son sang, on doit passer ses nuits à sangloter ... Pauvre petite bouffonne ..." Alors là, Poppy se leva de sa table, parce que quand on insulté le sang de Charlie, on insultait aussi le sien. Et c'était inconcevable. Et puis, la seule permise ici de s'en prendre à Charlie, c'était bien Poppy. C'était sa sœur et bien qu'elles eussent parfois des différents, elle n'aimait pas qu'on s'en prenne à elle. Elle s'approcha de l'endroit de la dispute. Mais fut stopper par les paroles d'Absynthe. " Professeur ! Mes salutations de si bon matin ... Pourriez-vous demander à cette chère Miss Lynch de cesser cette violence complètement déplacée ... Vous savez, je pense que pour certains, une psychologue scolaire ferait des miracles, même si pour des pauvres gamines mal élevées comme elle, le nombre de séances sera ... impossible à étaler sur 13 ans ... " Poppy tourna sa tête vers le professeur qui avait l'air de croire que la serpentard était une sainte et qu'elle ne ferait jamais rien à personne. Poppy s'avança alors vers la dispute pour clore le débat. Oui, Absynthe l'avait vraiment agacé, elle était surtout préfète en chef et ne faisait que montrer le mauvais exemple aux élèves de sa maison. C'était ça être préfète en chef sérieusement ? Être fourbe et s'en sortir avec les honneurs ? Elle prit alors la parole en croisant les bras imposant son statut de préfète. « Monsieur le Professeur, veuillez savoir tout d'abord, que Miss Lynch, même si ce n'était peut-être pas son rôle... elle marqua une petite pause en foudroyant du regard sa sœur. ..à défendu une jeune élève de Miss Black. » Elle se tourna alors vers Absynthe. « Absynthe Black, penses-tu qu'agresser les élèves de si bon matin vont te rendre meilleure ? Je pense qu'il y aurai nombres d'activités que tu pourrais faire pour t'améliorer. Vous n'êtes pas d'accord professeur ? » Les serdaigles étaient toujours écouté pour leur sagesse, alors elle espérer que sa petite manœuvre sauve sa sœur d'une quelconque punition sévère ou alors que les deux soient puni de manière égale.« Je pense, que le mieux, ce serait de retirer le même nombre de points dans les deux maisons. » Au moins, c'était juste et justifier et cela permettra peut-être de faire redescendre de son piédestal celle qui voulait absolument être la reine de cette école.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
élève ⁂
avatar


élève ⁂

points à ma maison et j'ai rendu : 209 devoirs depuis ma répartition, le : 14/01/2015


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Mar 23 Juin - 17:14



Charlie & AbsyntheI've seen hell. You don't belong there. 

Je n’avais jamais accroché à la Black. Je détestais toute sa famille. Une bande de vauriens prétentieux qui pétent plus haut que leurs culs. Leur sang leur fait penser qu’ils valent mieux que tout le monde. Je suis sang pure, jamais je n’ai pensé que je valais mieux ou plus qu’un né moldu. J’admets même avec joie que certains d’entre eux sont plus brillants que moi. Son sourire moqueur me fait perdre le peu de patience qu’il me reste et j’appuie d’avantage contre sa gorge. J’entends des murmures autour de nous, tout le monde nous fixe, attend le spectacle que pourrait être notre combat. "Et tu comptes faire quoi Lynch ? Sincèrement, tu décrédibilises totalement ta petite copine ... Regarde ... Tu crois qu'elle a besoin d'une wonderwoman parce qu'elle s'est prise les pieds dans les miens ? S'il y a quelqu'un de pathétique, c'est bien toi ... D'ailleurs fais attention, ton mascara a coulé ... Tu as encore pleuré ? Quand on est une traitre à son sang, on doit passer ses nuits à sangloter ... Pauvre petite bouffonne ..." Un sourire narquois se glisse sur mes lèvres. Elle pense pouvoir m’atteindre ? Elle ne sait rien de moi, son venin ne m’atteint pas, au moins elle me fait sourire. Un jour je lui dévisserai la tête. A Poudlard elle était en sécurité, elle pouvait jouer de ses ruses et de ses combines pour toujours trouver quelqu’un pour la défendre, mais une fois dehors je me ferai une joie de lui apprendre ce qu’est réellement la vie. Ce n’est rien d’agréable, c’est encore moins un jeu d’échec sur lequel elle peut bouger quelques pions derrière lesquels se cacher. Si elle prenait sa lâcheté pour de l’intelligence, grand bien lui fasse, mais elle ne m’impressionnait pas avec ses artifices, au contraire.

Et d’ailleurs, elle ne tarde pas à appeler à l’aide, sans grand étonnement. Elle sait parfaitement jouée la mijaurée sans défense lorsqu’elle en a besoin, et les professeurs se font toujours avoir. C’est une excellente actrice, je devais bien lui reconnaitre cela. Pourtant même si j’entends les pas du professeur s’approcher de nous, je ne recule pas, je me fais même un peu plus menaçante. Le corps enseignant de Poudlard le sait, je n’ai peur de rien et j’ai quelques problèmes avec l’autorité. La seule personne que j’écoute, c’est Dumbledore. " Professeur ! Mes salutations de si bon matin ... Pourriez-vous demander à cette chère Miss Lynch de cesser cette violence complètement déplacée ... Vous savez, je pense que pour certains, une psychologue scolaire ferait des miracles, même si pour des pauvres gamines mal élevées comme elle, le nombre de séances sera ... impossible à étaler sur 13 ans ... " J’explose de rire sans pour autant me retirer. Je sens parfaitement le regard oppressant de son héros qui ne cesse de me demander de retirer ma baguette.

Qu’est-ce que je risque si je l’attaque devant tant de monde ? Sans doute gros. Est-ce que malgré ça ça vaut le coup de lui faire la tête au carré ? Totalement. Je n’allais pas clamer mon innocente ni même essayer de me défendre, j’étais celle qui avait lancé ce petit combat et je l’assumais. Pourtant alors que je m’apprêtais à ne pas obéir, une autre voix sorti du lot et je n’eus même pas besoin de me retourner. Reconnaissant aussitôt ma jumelle, j’abaissais enfin ma baguette, peut-être était-elle la seule capable de vraiment me calmer. Je me redressais fièrement, posant mes prunelles bleus sur ma sœur. « Monsieur le Professeur, veuillez savoir tout d'abord, que Miss Lynch, même si ce n'était peut-être pas son rôle à défendu une jeune élève de Miss Black. » Elle ne put s’empêcher de ricaner en voyant sa sœur la foudroye du regard.« Absynthe Black, penses-tu qu'agresser les élèves de si bon matin vont te rendre meilleure ? Je pense qu'il y aurai nombres d'activités que tu pourrais faire pour t'améliorer. Vous n'êtes pas d'accord professeur ? » Je regardais ma sœur plutôt amusée et assez satisfaite qu’elle prenne, pour une fois, ma défense, même si je n’avais pas besoin d’elle pour m’en sortir. « Je pense, que le mieux, ce serait de retirer le même nombre de points dans les deux maisons. » Je tire un peu la moue, les rouges allaient encore m’en vouloir, mais le professeur sembla assez d’accord avec ça. Je croise les bras sous ma poitrine, m’avançant vers la Black pour faire la paix. Je dépose un baiser sur sa joue, murmurant au passage.

« Tu n’auras pas toujours des gardes du corps, princesse. »

Je me tourne vers ma jumelle.

« On va boire un jus de citrouille?»

©clever love.



Please lord, do not forgive me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   Mer 24 Juin - 17:21



❝Un petit déjeuner tranquille❞
Absynthe & Charlie
Deux Lynch pour le prix d'une ? Est-ce que cela m'étonnait ? Pas vraiment ... Les traites à leur sang aimaient passer pour des sauveurs alors qu'au final, elles passaient pour des bouffonnes. La preuve, la préfète oubliait totalement l'une des premières règles qu'on nous impose lorsqu'on obtient ce poste: ne jamais intervenir en tant que préfet lorsqu'une personne de notre famille est concernée. Jamais je ne me permettais ce genre d'intrusion lorsqu'Arthemise ou Electra se retrouvaient dans ce genre de situation. Du moins, pas en tant que préfète-en-chef.

"Et une deuxième Lynch ! Dis-moi, Préfète de serdaigle, toi qui apprends tant les règles, as-tu oublié que l'on a pas à intervenir en temps que préfet dans une histoire où une personne de notre famille proche est incluse ? Et par hasard, un professeur n'est-il déjà pas là pour gérer la situation ? Tu passes pour un sauveuse alors que tu essaies de passer au-dessus de Monsieur le Professeur qui gérait à merveille la situation. Je trouve cela indigne de ta fonction et de tes valeurs que tu défends tant."

Oh oui, je savais retourner la situation. Mais le professeur ne m'avait pas vu faire la crasse à la née-moldue et il n'assistait qu'à la violence de Charlie. Que voulez-vous ... Certains appelaient cela de la lâcheté, j'appelais cela de l'intelligence. On va certainement plus loin en étant discrète qu'en étant un éléphant dans un magasin de porcelaine.

" C'est ça, lâche-moi ... Et dire que tu as besoin de ta soeur pour régler tes histoires. Vous faites vraiment honte à votre sang ..."

J'essuyais avec dégout ma joue, que la débile m'avait embrassée. Les voyant partir au loin, je me tournais à présent vers le professeur, un grand sourire aux lèvres.

" Je vous remercie d'être intervenu ... Je suis vraiment navrée que Poppy Lynch ait essayé de passer au-dessus de votre autorité. J'en parlerais au directeur. Je vous souhaite un bon petit déjeuner."

Et je partis m'asseoir à la table des serpentards, espérant voir arriver une personne de proche.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit déjeuner tranquille ? (Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [libre] Un petit déjeuner ?
» Nicholas a rendez-vous avec Noah pour un petit déjeuner, père et fils...
» Petit déjeuner studieux [Libre]
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» Arrête-moi si tu peux [Pv Sarah Mann & Leroy Jethro Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parselmouth :: RPs-